Euro de football : les Belges posent un genou à terre sous les sifflets, les Russes restent debout

Euro de football : les Belges posent un genou à terre sous les sifflets, les Russes restent debout© Kirill KUDRYAVTSEV / POOL / AFP
Les joueurs de l'équipe nationale belge posent un genou à terre contre les discriminations raciales, le 12 juin, en amont de leur match contre la Russie à l'Euro de football.
Suivez RT France surTelegram

Avant le début du match de l'Euro contre la Russie, les joueurs de l'équipe de Belgique ont mis un genou à terre, sous les sifflets du public de Saint-Pétersbourg. Ce geste à visée anti-raciste trouve ses origines dans le contexte américain.

Les 11 «Diables rouges» de Belgique ainsi que l'arbitre de la rencontre, l'Espagnol Antonio Mateu Lahoz, se sont agenouillés le 12 juin avant le match de l'Euro de football contre la Russie, l'attaquant Romelu Lukaku élevant notamment le poing droit. Des sifflets ont alors retenti depuis des tribunes du stade de Saint-Pétersbourg, comme le rapporte notamment l'AFP et comme on peut l'entendre dans des vidéos diffusées sur les réseaux sociaux.

Les joueurs russes sont eux restés debout, de l'autre côté du rond central.

Fractures européennes

De nombreuses équipes sportives posent un genou à terre, avant les rencontres – un geste symbolique né des protestations consécutives à la mort de l'Américain George Floyd, étouffé par un policier fin mai 2020. La vidéo a fait le tour du monde et entraîné des manifestations contre le racisme et les violences policières dans de nombreuses grandes villes occidentales.

Dans le cadre de l'Euro de football, les équipes nationales se montrent partagées. L'équipe d'Angleterre a ainsi prévenu qu'elle entendait s'agenouiller avant les rencontres, tandis que la Fédération croate de football «n'imposera pas» aux joueurs de l'équipe nationale de mettre un genou à terre, expliquant que le geste de soutien ne symbolisait pas la lutte antiraciste dans le pays balkanique.

Un épisode similaire a celui survenu à Saint-Pétersbourg avait eu lieu le 8 juin, lors d'un match amical de préparation à l'Euro opposant la Hongrie à l'Irlande : de nombreux supporters présents dans le stade Ferenc-Puskas de Budapest avaient sifflé les joueurs irlandais, qui avaient posé un genou à terre avant le coup d'envoi de la rencontre. Les footballeurs hongrois sont quant à eux restés de debout, le défenseur Akos Kecskes montrant du doigt le badge «Respect» de l'UEFA – l'Union des associations européennes de football – apposé sur sa manche.

Le chef du gouvernement hongrois Viktor Orban lui-même était intervenu sur ce sujet, déclarant que les Hongrois ne s'agenouillaient que dans trois cas : «Devant Dieu, devant la patrie, et devant la femme qu'ils aiment.»

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»