À Livourne, les dockers refusent de charger des armes soupçonnées d'être destinées à Israël

À Livourne, les dockers refusent de charger des armes soupçonnées d'être destinées à Israël© Jack GUEZ Source: AFP
Le système de défense anti-aérien israélien (image d'illustration).
Suivez RT France surTelegram

Les dockers du port de Livourne ont protesté contre le chargement et le transit d’armes. En cause, le porte conteneur Asiatic Island, soupçonné de transporter armes et explosifs à destination du port d’Ashdod en Israël.

L’Asiatic Island est arrivé dans l’après-midi du 14 mai dans le port de Livourne. Parti de Haïfa en Israël pour passer par Marseille, puis par Gênes, le porte-conteneur devait faire escale au port de Livourne pour un chargement. Son arrivée a déclenché de vives réactions chez les dockers refusant de se faire «complices de l'utilisation du port à des fins de guerre» alors que les affrontements continuent entre Israéliens et Palestiniens.

«Nous avons décidé de dire stop»

Suite à un signalement de l’association Weapon watch, les dockers soupçonnaient fortement le bâtiment de transporter des armes et des explosifs à destination d’Israël. Massimo Mazza, représentant syndical de l’Union syndicale de base (USB) des dockers de Livourne admet cependant ne pas savoir réellement quel chargement était prévu. Il dénonce dans Il Manifesto le silence des autorités portuaires : «Nous avions demandé à la société portuaire et à la capitainerie ce qui était transporté mais nous n’avons reçu aucune réponse.» Giovanni Ceraolo, coordinateur de l’USB de Livourne, affirme quant à lui dans le même média : « Nous avons décidé de dire stop […] Toutes les fois que nous aurons connaissance d’un chargement, d’un déchargement ou d’un passage d’armements à l’intérieur de notre port, nous interviendrons.»

Les protestations des dockers ont néanmoins eu pour effet de précipiter le départ de l’Asiatic Island qui était déjà reparti dans la nuit du 17 au 18 mai vers Naples, avant de passer par Chypre pour arriver à destination du port d'Ashdod dans la journée du 18 mai.

Le Collectif autonome des dockers de Gênes mais aussi d’autres ports italiens et européens projettent de créer un réseau pour empêcher l’amarrage et le chargement de navires transportant des armes vers les ports civils. Les dockers italiens s’impliquent régulièrement dans la lutte contre le transport d’armes, et avaient déjà manifesté pour empêcher un chargement de matériel vers l’Arabie Saoudite.

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram
En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»