Le Premier ministre arménien démissionne avant les législatives anticipées

- Avec AFP

Le Premier ministre arménien démissionne avant les législatives anticipées© Sputnik/Mikhail Klimentyev/Kremlin Source: Reuters
Nikol Pachinian le 7 avril 2021 à Moscou (image d'illustration).

Nikol Pachinian a annoncé sa démission le 25 avril à l'approche des élections législatives anticipées qui se dérouleront le 20 juin prochain. Il continuera toutefois d'exercer ses fonctions par intérim jusqu'aux élections.

Le Premier ministre arménien Nikol Pachinian a annoncé le 25 avril qu'il démissionnait tout en continuant d'exercer ses fonctions par intérim jusqu'aux législatives anticipées de juin, qui visent à sortir le pays de la crise politique.

«Je démissionne aujourd'hui de mon poste de Premier ministre» avant les élections, a annoncé le chef du gouvernement sur sa page Facebook.

L'Arménie est dans une impasse politique depuis sa défaite dans le conflit qui l'a opposée à l'Azerbaïdjan à l'automne 2020 pour le contrôle de l'enclave du Haut-Karabagh. L'opposition a réclamé pendant des mois le départ de Nikol Pachinian, qu'elle dénonce comme un «traître». 

Après cette annonce, tous les membres de son gouvernement ont présenté à leur tour leur démission, comme l'exige la loi en Arménie.

Nikol Pachinian assurera l'intérim jusqu'aux élections

Le Premier ministre a cependant indiqué qu'il continuerait d'exercer ses fonctions à par intérim jusqu'aux législatives anticipées du 20 juin.

Nikol Pachinian est critiqué pour avoir signé en novembre un accord de cessation des hostilités très défavorable à son pays. Ce cessez-le-feu avait été négocié alors que la situation était catastrophique pour l'Arménie, acculée et poussée à la retraite sur plusieurs fronts tandis que l'armée azerbaïdjanaise menaçait la capitale du Haut-Karabagh.

La débâcle de leur armée a profondément marqué les Arméniens, victorieux d'un premier conflit peu après la chute de l'Union soviétique. La Russie, qui a parrainé l'accord de cessation des hostilités, a déployé des troupes de maintien de la paix au Haut-Karabagh. Les combats ont fait près de 6 000 morts dans les deux camps.

Porté au pouvoir en 2018 par une révolution populaire dénonçant la corruption des élites post-soviétiques, Nikol Pachinian a accentué la colère fin février en décidant de limoger plusieurs hauts responsables militaires, les accusant d'avoir voulu fomenter un coup d'Etat.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»