Haut-Karabagh : l'Azerbaïdjan et l'Arménie s'accordent à Moscou sur un cessez-le-feu

Haut-Karabagh : l'Azerbaïdjan et l'Arménie s'accordent à Moscou sur un cessez-le-feu© Ministère russe des Affaires étrangères
Les chefs des diplomaties azerbaïdjanaise, russe et arménienne, le 9 octobre 2020 à Moscou.
Suivez RT France surTelegram

Au terme de négociations marathoniennes à Moscou, l'Azerbaïdjan et l'Arménie se sont accordés sur un cessez-le-feu à partir du 10 octobre dans la région disputée du Haut-Karabagh, théâtre d'affrontements depuis fin septembre.

«Un cessez-le-feu est annoncé à partir de 12h le 10 octobre 2020 dans des buts humanitaires», a indiqué le ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov, lisant un communiqué à l'issue des négociations entre Bakou et Erevan qui se tenaient à Moscou le 9 octobre.

Si les «paramètres spécifiques» de la mise en œuvre du cessez-le-feu seront convenus ultérieurement, le chef de la diplomatie russe a toutefois affirmé que celui-ci permettrait «d'échanger des prisonniers de guerre, d'autres personnes et les dépouilles des tués en accord avec les critères du Comité de la Croix-Rouge».

L'Azerbaïdjan et l'Arménie se sont en outre engagés à «des négociations substantielles pour parvenir rapidement à un règlement pacifique du conflit» avec la médiation des coprésidents du groupe de Minsk de l'OSCE (Russie, France, Etats-Unis), a précisé Sergueï Lavrov. Ces négociations entre les ministres des Affaires étrangères arménien et azerbaïdjanais ont duré plus de 10 heures et se sont achevées très tard dans la nuit du 9 au 10 octobre.

Le président russe Vladimir Poutine, à l'initiative de l'invitation des chefs de la diplomatie d'Arménie et d'Azerbaïdjan pour tenir ces pourparlers à Moscou, avait appelé plus tôt dans la journée à la cessation des combats : «Après une série de négociations téléphoniques avec le président de la République d'Azerbaïdjan Ilham Aliyev et le Premier ministre de la République d'Arménie Nikol Pachinian, le président russe appelle à mettre fin aux hostilités dans la zone du conflit du Haut-Karabagh pour des raisons humanitaires afin d'échanger les corps des morts et procéder à un échange de prisonniers.»

Bombardements avant la mise en place d'un cessez-le-feu

Le cessez-le-feu convenu est entré en vigueur samedi 10 octobre à midi heure locale. Mais avant cela, les hostilités se poursuivaient. Dans la matinée, Artak Belgarian, médiateur du Haut-Karabagh, déclarait sur Twitter que des missiles azerbaïdjanais avaient «de nouveau frappé des zones civiles» de la capitale de la République autoproclamée, Stepanakert. Un journaliste de l'AFP sur place a entendu deux explosions dans la matinée.

Ce même samedi matin, le ministère azerbaïdjanais de la Défense a indiqué : «Les forces armées arméniennes bombardent intensivement des zones peuplées [...] L'Azerbaïdjan prend des mesures réciproques»

Gelé depuis des années, le conflit entre les forces azerbaïdjanaises et les combattants arméniens de cette enclave montagneuse a repris le 27 septembre dernier, avec une intensité sans égale depuis la guerre meurtrière qui avait suivi l'effondrement de l'Union soviétique en 1991.

La région du Haut-Karabagh, peuplée majoritairement d'Arméniens, est considérée comme partie intégrante de l'Azerbaïdjan par les Nations unies. L'Arménie reconnaît, elle, l'indépendance de fait du Haut-Karabagh, autoproclamée par les autorités locales au début des années 1990.

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram

En cliquant sur "Tout Accepter" vous consentez au traitement par RT France de certaines données personnelles stockées sur votre terminal (telles que les adresses IP, les données de navigation, les données d'utilisation ou de géolocalisation ou bien encore les interactions avec les réseaux sociaux ainsi que les données nécessaires pour pouvoir utiliser les espaces commentaires de notre service).

En cliquant sur "Tout Refuser", seuls les cookies/traceurs techniques (strictement limités au fonctionnement du site ou à la mesure d’audiences) seront déposés et lus sur votre terminal. "Tout Refuser" ne vous permet pas d’activer l’option commentaires de nos services.

Pour activer l’option vous permettant de laisser des commentaires sur notre service, veuillez accepter le dépôt des cookies/traceurs « réseaux sociaux », soit en cliquant sur « Tout accepter », soit via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Vous pouvez modifier vos choix via la rubrique «Paramétrer vos choix».

OK

RT France utilise des cookies pour exploiter et améliorer ses services.

Vous pouvez exprimer vos choix en cliquant sur «Tout accepter», «Tout refuser» , et/ou les modifier à tout moment via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Pour en savoir plus sur vos droits et nos pratiques en matière de cookies, consultez notre «Politique de Confidentialité»

Tout AccepterTout refuserParamétrer vos choix