Ouïghours : la Chine sanctionne plusieurs parlementaires dont Raphaël Glucksmann, Paris furieux

Ouïghours : la Chine sanctionne plusieurs parlementaires dont Raphaël Glucksmann, Paris furieux© LUCAS BARIOULET Source: AFP
Le député français Raphael Glucksmann sur la place des Droits de l'homme à Paris le 12 octobre 2019 (image d'illustration).
Suivez RT France surTelegram

Pékin a annoncé des sanctions contre quatre entités et dix responsables européens, interdits de séjour en Chine, dont l'eurodéputé Raphaël Glucksmann, accusé de désinformation à propos de la minorité musulmane des Ouïghours.

Elle-même ciblée par des sanctions de l'UE, mais aussi des Etats-Unis, qui lui reprochent le traitement infligé à la minorité musulmane des Ouïghours, Pékin a décidé de riposter. Le 22 mars, la Chine a ainsi annoncé des sanctions contre dix européens, dont des universitaires et des parlementaires (parmi lesquels figurent l'eurodéputé Raphaël Glucksmann, particulièrement actif sur la question des Ouïghours) et contre quatre organisations.

La veille, Bruxelles avait approuvé des sanctions contre quatre dirigeants de la région chinoise du Xinjiang, accusés de violations de la minorité ouïghoure. «Cette décision, qui ne repose sur rien d'autre que des mensonges et de la désinformation, ignore et déforme les faits», a commenté le ministère chinois des Affaires étrangères dans un communiqué, ajoutant qu'il s'agissait d'une ingérence «grossière» dans ses affaires intérieures.

Pékin fait l'objet de multiples accusations, de la part de personnalités se présentant comme défendant les droits de l'Homme, selon qui plus d'un million de Ouïghours et d'autres minorités majoritairement musulmanes seraient ou auraient été détenues dans des «camps d'internement» dans cette région du nord-ouest de la Chine. Les autorités chinoises se voient ainsi accusées de perpétrer un «génocide», de stériliser de force les femmes, ou même de vendre «les organes halal de ses prisonniers Ouïghours».

Mais la fiabilité, et l'impartialité des sources utilisées pour soutenir ces accusations sont fortement remises en cause par certains observateurs. C'est le cas, entre autres, du journaliste Maxime Vivas qui, s'étant rendu sur place, n'hésite pas à dénoncer une forme de «propagande occidentale». En tout état de cause, le difficile accès des journalistes dans cette région rend malaisée une réelle connaissance de la situation in situ.

De leur côté, les autorités chinoises mettent en avant la nécessité selon elles de lutter contre les velléités séparatistes dans le Xinjiang et le départ de jeunes gens vers les rangs djihadistes. L'AFP rapportait ainsi en juillet 2020 que la région, «sous haute surveillance policière», était «régulièrement frappée par des attentats meurtriers, attribués par Pékin à des séparatistes ou des islamistes ouïghours». L'ambassade de Chine en France nie pour sa part le qualificatif de «camps de travail» pour les Ouïghours, préférant le terme de «centres d’enseignement et de formation professionnels [...] similaires aux centres de déradicalisation en France et dans d’autres pays», «une mesure utile de lutte antiterroriste et de déradicalisation», comme l'expliquait à l'été 2020 la diplomatie chinoise.

L'ambassadeur chinois en France convoqué au Quai d'Orsay

Parmi les dix personnes visées par les sanctions chinoises figurent notamment les eurodéputés français Raphaël Glucksmann et allemand Reinhard Bütikofer, président de la Délégation pour les relations avec la Chine du Parlement européen, ou encore le très engagé chercheur allemand Adrian Zenz, dont les rapports sur les Ouïghours dans la province du Xinjiang ont suscité de vives remontrances de Pékin. Les entités sanctionnées par la Chine sont le comité politique et de sécurité, une structure permanente du Conseil de l'UE ; la sous-commission «droits de l'homme» du Parlement européen ; l'Institut Mercator pour les études chinoises, basé à Berlin, et la fondation Alliance des démocraties, une ONG danoise.

Par la voix de son ministère des Affaires étrangères, la Chine a ajouté que les citoyens pré-cités et leur famille, ainsi que les entités sanctionnées, se voyaient interdits d'entrer en Chine continentale, à Hong Kong et Macao, mais aussi de faire affaires avec la Chine.

Le ministère français des Affaires étrangères a de son côté jugé «inacceptable» la décision de Pékin.

«C’est le message que nous ferons passer auprès de M. Lu Shaye, ambassadeur de Chine en France, lors de sa convocation au ministère de l’Europe et des affaires étrangères», a précisé la porte-parole du Quai d'Orsay.

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»