Un ministre d'Angela Merkel soupçonné de «conflit d'intérêts» pour des achats de masques

- Avec AFP

Un ministre d'Angela Merkel soupçonné de «conflit d'intérêts» pour des achats de masques© Jens Spahn Source: Reuters
Le ministre allemand de la Santé et Angela Merkel à Berlin le 17 mars 2021
Suivez RT France surTelegram

La presse allemande a révélé un possible «conflit d'intérêts» impliquant le ministre de la Santé du gouvernement d'Angela Merkel. Une commande de masques passée par son ministère à l'entreprise dont son mari est membre suscite de fortes critiques.

Le gouvernement d'Angela Merkel fait face ce 21 mars à de nouvelles révélations de la presse concernant l'achat controversé de masques anti-Covid et impliquant cette fois son ministre de la Santé, déjà au centre des critiques pour sa gestion de la pandémie.

Le ministre conservateur Jens Spahn a fait acheter par ses services au printemps 2020, lors de la première vague de la pandémie, des centaines de milliers de masques via le groupe de média allemand Burda pour lequel travaille son mari Daniel Funke, selon des documents du ministère transmis à la chambre des députés, rapporte l'hebdomadaire Der Spiegel.

La commande passée de 570 000 masques FFP2 par le ministère «pourrait engendrer des conflits d'intérêts» du fait que le mari du ministre «travaille comme lobbyiste et directeur de bureau de représentation de Burda à Berlin», écrit l'hebdomadaire. 

Le ministère rejette les soupçons 

Interrogé par l'AFP, le ministère rejeté ces soupçons. Le contrat «a été conclu et traité après réception de l'offre en utilisant une procédure standardisée aux prix du marché», a assuré un porte-parole.

L'époux du ministre n'a «jamais été informé ni impliqué dans la transaction» et «aucune commission n'a été payée», a ajouté Burda dans le Spiegel

A raison de 1,73 dollar (1,60 euro) facturé par masque, le ministère a in fine réglé 909 000 euros à Burda, qui avait avancé la somme à un fournisseur en Chine. L'éditeur de presse allemand a indiqué avoir transmis l'intégralité de la somme au fournisseur asiatique.

Même si le ministre ou son mari ne sont pas ici accusés de s'être enrichis, cette affaire survient néanmoins à un moment sensible.

Le parti démocrate-chrétien CDU du ministre et de la chancelière Angela Merkel, ainsi que leur camp conservateur tout entier, sont ébranlés depuis plusieurs semaines par un scandale portant sur des commissions perçues par des élus du mouvement lors de l'achat de masques, ou d'autres soupçons d'enrichissement.

Ces affaires ont contribué le 14 mars dernier à deux revers électoraux cinglants de la CDU lors de scrutins régionaux. Et, depuis, le parti baisse dans les sondages, à quelques mois des élections législatives de fin septembre.

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram
En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»