Merkel plombée par une affaire de corruption de députés de la CDU lors d'achats de masques

- Avec AFP

Merkel plombée par une affaire de corruption de députés de la CDU lors d'achats de masques© MICHAEL KAPPELER Source: Reuters
Angela Merkel à la chancellerie de Berlin le 3 mars 2021
Suivez RT France surTelegram

Deux députés de la CDU sont soupçonnés d'avoir obtenu des avantages financiers dans des opérations d'achat public de masques contre le Covid-19. Un scandale qui ternit l'image du parti d'Angela Merkel.

Le Parti chrétien-démocrate allemand (CDU) et son allié bavarois (CSU) tentent d'en finir, à quelques jours de scrutins clés, avec «l'affaire des masques» dans laquelle sont impliqués deux parlementaires, en exigeant de ses députés qu'ils déclarent d'éventuels avantages perçus.

Les députés doivent ainsi assurer d'ici le 12 mars au soir qu'en 2020 et 2021, ils n'ont retiré aucun avantage financier, directement ou par l'intermédiaire d'une entreprise, de l'achat ou de la vente de produits médicaux tels que des équipements de protection anti-Covid, selon un courrier adressé par les chefs du groupe parlementaire CDU-CSU.

«En tant que membres du Bundestag, nous considérons que nous avons une responsabilité particulière pour assurer le bien commun. C'est particulièrement vrai dans une crise telle que la pandémie actuelle. La mauvaise conduite d'individus ne doit pas jeter le discrédit sur l'ensemble d'un groupe parlementaire», écrivent Ralph Brinkhaus (CDU) et Alexander Dobrindt (CSU) dans une lettre adressée aux 244 membres du groupe.

Les deux députés exclus de la CDU

Cette demande fait suite à l'affaire dite «des masques», impliquant deux députés, Georg Nüsslein (CSU) et Nikolas Löbel (CDU).

Les deux parlementaires ont touché, directement ou indirectement, des commissions de plusieurs centaines de milliers d'euros sur des achats de masques. Ils ont depuis été poussés hors de leur parti. Nikolas Löbel a quitté son siège au Bundestag, Georg Nüsslein assurant lui qu'il ne se représentera pas aux élections du 26 septembre.

Cette affaire, qui a entraîné l'ouverture d'une enquête pour fraude et corruption par le parquet de Munich (sud) et des perquisitions, tombe au mauvais moment pour le parti de la chancelière allemande, à quelques jours de scrutins régionaux qui auront, le 14 mars, valeurs de tests.

Le parti CDU a ces derniers jours perdu plusieurs points dans les sondages, même s'il reste en tête des formations politiques.

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram
En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»