Les électeurs de la République du Congo appelés aux urnes pour la présidentielle

Les électeurs de la République du Congo appelés aux urnes pour la présidentielle© REUTERS/Hereward Holland
Un agent électoral tient une liste des candidats à la présidentielle congolaise, le 17 mars 2021 à Brazzaville, alors que les forces de sécurité votent en amont de l'élection présidentielle du 21 mars (image d'illustration).
Suivez RT France surTelegram

Ce 21 mars 2021, les électeurs du Congo-Brazzaville sont appelés à voter pour l'élection présidentielle. Le chef d'Etat sortant, Denis Sassou-Nguesso, espère l'emporter dès le premier tour.

Quelque 2,5 millions d'électeurs sont appelés aux urnes ce 21 mars en République du Congo pour l'élection présidentielle.

Le chef d'Etat sortant Denis Sassou-Nguesso, dont l'affiche de campagne indique «Un coup, K-O», entend se faire réélire dès le premier tour. Agé de 77 ans, le président-candidat a déjà été réélu trois fois depuis 2002. Pour cette campagne, il a fait de la jeunesse et du développement de l'agriculture ses priorités, selon l'AFP, dans l'objectif de rendre l'économie congolaise moins dépendante de la rente pétrolière. 

«En ces moments d'incertitude, le peuple a besoin d'hommes d'expérience. Et moi, je mets mon expérience au service de toute la jeunesse», avait-il également fait valoir en lançant sa campagne, début mars.

L'un de ses six adversaires, Guy Brice Parfait Kolélas, a été testé positif au Covid-19, le 19 mars, et doit être évacué ce 21 mars vers la France, selon son directeur de campagne Cyr Mayanda. «Mes chers compatriotes, je me bats contre la mort, mais cependant, je vous demande de vous lever. Allez voter pour le changement. Je ne me serai pas battu pour rien», a déclaré l'opposant dans une vidéo diffusée le 20 mars.

Sur le fond, Guy Brice Parfait Kolélas déclarait à RFI le 17 mars : «Nous avons un problème de crédibilité à la tête de la nation. Le pouvoir actuel n’est plus crédible aux yeux des bailleurs de fonds. Je crois qu’en apportant un peu de crédibilité, les choses iront bon train.» Il faisait alors valoir que le Congo-Brazzaville n’arrivait «même pas à appliquer les 48 mesures que le FMI [lui] a dictées».

L'autre principal adversaire du président sortant est l'ancien ministre des Finances, Mathias Dzon. Celui-ci a d'ores et déjà prévenu sur RFI qu'il n'accepterait pas les résultats officiels, car il accuse la commission électorale actuelle d'être «une commission partisane qui ne prévoit que la victoire du candidat au pouvoir».

Les adversaires de Denis Sassou-Nguesso ont en outre dénoncé le vote anticipé, le 18 mars, des membres des forces de sécurité (entre 55 et 60 000), source de fraude potentielle selon eux.

L'AFP rapporte également qu'en ce jour de scrutin, le réseau internet était inaccessible depuis peu après minuit. Il l'était toujours à l'ouverture des bureaux de vote à 7h (heure locale).

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»