Affaire Khashoggi : Joe Biden justifie l'absence de sanctions contre le prince héritier saoudien

Affaire Khashoggi : Joe Biden justifie l'absence de sanctions contre le prince héritier saoudien© Jonathan Ernst Source: Reuters
Montage photo de Joe Biden et Mohammed ben Salmane.
Suivez RT France surTelegram

Le président américain a défendu sa décision de ne pas punir Mohammed ben Salmane pour le meurtre du journaliste Jamal Khashoggi. Dans la même interview, Joe Biden a en revanche estimé que Vladimir Poutine était, lui, «un tueur» qui «allait payer».

Dans une interview diffusée le 17 mars sur ABC News, le président américain Joe Biden a estimé que l'instauration de sanctions contre le prince héritier d'Arabie saoudite Mohammed ben Salmane pour le meurtre de Jamal Khashoggi aurait créé un précédent diplomatique. Lors de cette même entrevue, le président américain a par ailleurs estimé que son homologue russe Vladimir Poutine était «un tueur» et qu'il «paierait les conséquences» des ingérences électorales supposées de Moscou dans l'élection présidentielle de 2020.

En février, l'administration Biden a publié un rapport déclassifié du renseignement américain qui concluait que Mohammed ben Salmane avait autorisé les services secrets saoudiens à assassiner et démembrer Jamal Khashoggi à l'intérieur du consulat saoudien d'Istanbul en octobre 2018.

Nous avons demandé des comptes à tous les membres de cette organisation, mais pas au prince héritier

Washington a mis en œuvre des restrictions de visa et des sanctions visant les agents de l'unité d'élite saoudienne impliquée, mais rien n'a été fait à l'encontre du prince héritier «MBS», qui est également vice-Premier ministre et ministre de la Défense du royaume.

Deux poids, deux mesures ?

Joe Biden a affirmé que son administration a «demandé des comptes à tous les membres de cette organisation, mais pas au prince héritier», car les Etats-Unis n'auraient jamais, «à [sa] connaissance», «puni et ostracisé» le chef d'Etat d'un pays allié. Cependant, comme le rappelle The Guardian, les Etats-Unis n'ont signé aucun traité les liant à l'Arabie saoudite, le royaume ne fait pas partie des pays arabes désignés comme allié majeur non membre de l'OTAN, et le chef d'Etat en exercice de l'Arabie saoudite demeure le père de Mohammed ben Salmane, le roi Salmane.

Le chef d'Etat américain a également expliqué qu'il avait fait comprendre à ce dernier «que les choses allaient changer» et indiqué qu'il avait approuvé la publication du rapport des services de renseignement américains. Le président démocrate a par ailleurs affirmé qu’il «a dressé une liste d’exigences qui seront adressées aux Saoudiens», notamment celle «de mettre fin à la guerre et à la famine au Yémen».

Dans cette interview menée par George Stephanopoulos, le président américain s'est en revanche montré beaucoup plus ferme à l'égard de Vladimir Poutine, en déclarant penser que le président russe était «un tueur» qui n'aurait «pas d'âme», et que le monde pourra bientôt constater «le prix qu'il va payer», sans donner plus de précisions sur le sens de cette phrase. Au sujet des supposées ingérences électorales de la Russie, qui selon un tout nouveau rapport des autorités américaines se seraient produites en 2020 – ce que nie Moscou, pointant l'absence de preuves –, le président américain a également affirmé que Vladimir Poutine «en paierait les conséquences». 

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram

En cliquant sur "Tout Accepter" vous consentez au traitement par RT France de certaines données personnelles stockées sur votre terminal (telles que les adresses IP, les données de navigation, les données d'utilisation ou de géolocalisation ou bien encore les interactions avec les réseaux sociaux ainsi que les données nécessaires pour pouvoir utiliser les espaces commentaires de notre service).

En cliquant sur "Tout Refuser", seuls les cookies/traceurs techniques (strictement limités au fonctionnement du site ou à la mesure d’audiences) seront déposés et lus sur votre terminal. "Tout Refuser" ne vous permet pas d’activer l’option commentaires de nos services.

Pour activer l’option vous permettant de laisser des commentaires sur notre service, veuillez accepter le dépôt des cookies/traceurs « réseaux sociaux », soit en cliquant sur « Tout accepter », soit via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Vous pouvez modifier vos choix via la rubrique «Paramétrer vos choix».

OK

RT France utilise des cookies pour exploiter et améliorer ses services.

Vous pouvez exprimer vos choix en cliquant sur «Tout accepter», «Tout refuser» , et/ou les modifier à tout moment via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Pour en savoir plus sur vos droits et nos pratiques en matière de cookies, consultez notre «Politique de Confidentialité»

Tout AccepterTout refuserParamétrer vos choix