Liban : sixième jour de manifestation alors que la crise économique et politique se poursuit

Liban : sixième jour de manifestation alors que la crise économique et politique se poursuit© Anwar Amro Source: AFP
Une manifestante portant un masque aux couleurs du Liban, le 2 mars à Beyrouth.
Suivez RT France surTelegram

Englué dans sa pire crise économique, aggravée par un statu quo politique et une situation sanitaire difficile, le Liban est secoué par de nouvelles manifestations depuis le 2 mars. La baisse de la valeur de la livre libanaise n'arrange rien.

Le Liban a connu le 7 mars sa sixième journée de mobilisation consécutive. Plusieurs axes routiers ont été bloqués et la livre a plongé à 10 000 livres pour un dollar sur le marché noir comme le rapporte L'Orient-le-Jour.

A Beyrouth, les protestataires ont coupé plusieurs grands axes menant à des points clés du centre-ville comme la place des Martyrs, selon l'Agence nationale d'information (ANI). Plusieurs routes ont également été fermées en périphérie, en particulier dans le sud de la capitale, fief du Hazbollah. 

Des blocages ont également été organisés dans plusieurs villes du pays, comme à Bekaa où à Balbeck. Dans les cortèges de la «ville du soleil» (Balbeck), les reporters de L'Orient-le-Jour ont rapporté quelques slogans scandés par les manifestants: «Nous sommes la révolution populaire, ils |les dirigeants] sont la guerre civile», pouvait-on ainsi entendre sur la place Moutrane. Sur les pancartes brandies par les manifestants, on pouvait lire «la décision revient au peuple» où encore «Explosion, effondrement», en référence à la grave explosion au port de Beyrouth en août 2020. 

Une crise multidimensionnelle 

Des images des événements ont été relayées sur Twitter le 4 mars par le journaliste de Radio France International (RFI), Paul Khalifé, témoignant de la situation chaotique dans laquelle se trouve le pays. 

Les rassemblements, quotidiens depuis le 2 mars, réunissent des milliers de manifestants en différents points du pays.

Fin septembre 2020, les autorités avaient tenté de former un nouveau cabinet dirigé par Mustapha Abib mais ce dernier avait finalement annoncé le 26 septembre qu'il renonçait à former un gouvernement. Une tâche qui a ensuite été confiée à Saad Hariri, sans succès, ce dernier ne réussissant pas à proposer un consensus entre les parties.

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram
En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»