Londres : une commission chargée de mieux refléter la «diversité» dans les monuments et la toponymie

Londres : une commission chargée de mieux refléter la «diversité» dans les monuments et la toponymie© Rebecca NADEN Source: Reuters
La statue de Jen Reid, une manifestante du mouvement Black Lives Matter, à Bristol, le 15 juillet 2020 (image d'illustration)

Une «commission sur la diversité dans le domaine public» a été créée par le maire de la capitale anglaise afin que les noms de rues ou de bâtiments et que les monuments et les statues reflètent mieux la «diversité» de la population londonienne.

Le 9 février, le maire de Londres Sadiq Khan a annoncé la liste des 15 personnes sélectionnées pour faire partie d'une nouvelle «commission sur la diversité dans le domaine public». Celle-ci a pour objectif de «promouvoir une plus grande diversité dans le domaine public» en ce qui concerne par exemple les noms de rues et de bâtiments, mais aussi les statues et les monuments commémoratifs.

Parmi les membres de la commission figurent entre autres l'historienne de l'art Aindrea Emelife, l'acteur Riz Ahmed ou le militant associatif Toyin Agbetu. Ce dernier avait fait la une des médias britanniques en 2007 après avoir interrompu une cérémonie dans l'abbaye de Westminster à laquelle assistaient la Reine Elisabeth et l'ancien Premier ministre Tony Blair, afin célébrer le 200e anniversaire de la loi abolissant la traite des esclaves dans l'Empire britannique.

Sadiq Khan avait annoncé qu'il formerait cette commission l'été dernier, quelques jours après qu'une statue d'Edward Colston – un marchand d'esclaves du XVIIe siècle – eut été abattue à Bristol par des manifestants du mouvement Black Lives Matter, puis remplacée par une statue représentant l'une des manifestantes, comme le rappelle The Guardian.

Il ne s'agit pas seulement d'abattre des statues

S'interrogeant sur le manque «d'œuvres d'art publiques reflétant correctement Londres et son enchevêtrement de cultures, de perspectives et d'idées», Aindrea Emelife a affirmé que «ce que nous voyons tous les jours, les statues que nous croisons, les images qui envahissent notre espace, affectent la façon dont nous vivons notre vie». «Il ne s'agit pas seulement d'abattre des statues, mais de créer de nouvelles commissions qui inspireront des générations», a-t-elle ajouté, toujours selon The Guardian.

Cependant, le bureau du maire de Londres a déclaré que la commission n'avait pas été créée pour «présider au retrait des statues», précise le quotidien britannique. Reste à savoir si la commission encouragera effectivement le fait de débaptiser des lieux publics ou de déboulonner des monuments, auquel cas elle pourrait s'inscrire dans le prolongement de la cancel culture, ce concept visant à écarter ou bannir une personne ou une entité en raison d'idées jugées problématiques.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»