Des diplomates de 20 pays occidentaux à l'audience de Navalny : pire que de l'ingérence, pour Moscou

Des diplomates de 20 pays occidentaux à l'audience de Navalny : pire que de l'ingérence, pour Moscou© Tribunal de Moscou - Pool
Alexeï Navalny comparaissait en personne à Moscou ce 2 février.

Selon l'agence Tass, les représentants d'une vingtaine de pays occidentaux, dont les Etats-Unis, se sont rendus à l'audience d'Alexeï Navalny. Moscou a souligné que traditionnellement, les diplomates se rendaient aux tribunaux pour leurs concitoyens.

«Même si les pays occidentaux considèrent Navalny comme un "des leurs", il est citoyen de la Fédération de Russie», a rappelé Maria Zakharova, porte-parole du ministère russe des Affaires étrangères, ce 2 février. Celle-ci s'est indignée dans un message sur Facebook que de nombreux représentants de pays occidentaux aient assisté à l'audience de l'opposant russe, qui s'est ouverte ce 2 février à Moscou. Ce dernier est accusé d'avoir violé à au moins six reprises, entre janvier et mi-août 2020, les conditions d'une peine avec sursis qu'il purge actuellement pour détournement de fonds.

L'agence de presse TASS avait en effet rapporté, plus tôt dans la journée, que les représentants des ambassades des Etats-Unis, de Bulgarie, de Pologne, d'Autriche, de Suisse ou encore de Lettonie, s'étaient rendu au tribunal moscovite ce 2 février.

«Je tiens à rappeler que, traditionnellement, les diplomates se rendent aux tribunaux à l’étranger pour soutenir leurs concitoyens», a souligné la diplomate russe.

 «Il ne s’agit même plus d’une simple ingérence dans les affaires intérieures d’un Etat souverain», a poursuivi Maria Zakharova évoquant une potentielle «tentative de pression psychologique sur le juge».

Plus tôt, le porte-parole du Kremlin Dmitri Peskov avait appelé les pays européens à ne pas faire «la bêtise de lier la perspective des relations Russie-UE [au] résident d'un centre de détention».

Et pour cause, le ton monte une nouvelle fois entre les chancelleries occidentales et Moscou, autour de l'incarcération d'Alexeï Navalny lors de son retour annoncé en Russie le 17 janvier. Les autorités pénitentiaires du pays lui reprochent son non-respect des conditions d'une peine de prison avec sursis : il ne serait pas présenté à l'enregistrement auprès de l’inspection à au moins six reprises au cours de l'année 2020, entre janvier et mi-août. Le service pénitentiaire réclame désormais que sa peine avec sursis soit purgée en prison, en raison de ces violations alléguées. C'est désormais au tribunal de statuer sur cette question.

Plusieurs gouvernements occidentaux ont appelé à la libération de l'opposant russe et dénoncé les milliers d'arrestations qui ont eu lieu ces derniers jours lors de rassemblements de ses partisans. Ce 2 février, au moins 24 personnes, selon les chiffres de l'ONG OVD-Info, ont été interpellées, alors que quelques soutiens de l'homme politique s'étaient rassemblés devant le tribunal, où il comparaît en personne.

Fin août, Alexeï Navalny avait été transféré dans le coma en Allemagne après avoir été victime d'un malaise en Russie. Il accuse le Kremlin d'avoir tenté de l'empoisonner (une version également défendue par plusieurs gouvernements, dont ceux de la France, des Etats-Unis et de l'Allemagne), ce que réfute Moscou. Il était sorti de l'hôpital sans séquelles.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»