Navalny : les seules sanctions ne sont «pas une réponse politique» pour la diplomatie européenne

- Avec Reuters

Navalny : les seules sanctions ne sont «pas une réponse politique» pour la diplomatie européenne© POOL Source: Reuters
Josep Borrel le 19 janvier.
Suivez RT en français surTelegram

Josep Borrell, le chef de la diplomatie européenne, a estimé que les sanctions n'étaient pas la seule réponse à apporter par l'Union européenne à l'incarcération d'Alexeï Navalny en Russie, considérée comme politique.

Le chef de la diplomatie européenne a déclaré le 19 janvier vouloir se rendre à Moscou et que des sanctions contre la Russie pour le placement en détention de l'opposant Alexeï Navalny n'étaient pas la seule réponse possible du bloc contre la Russie.

Outre des sanctions, on doit continuer à tendre la main

«Nous ne sommes pas contre la pression, mais la pression doit être graduée», a déclaré à Reuters Josep Borrell à l'occasion d'une interview.

«Il y a eu des sanctions, il peut y avoir plus de sanctions. Mais les sanctions en elles-mêmes ne sont pas une réponse politique. Les sanctions sont un outil. Outre des sanctions, on doit continuer à tendre la main, à discuter et à exprimer son point de vue» a-t-il expliqué.

Josep Borrell dit avoir reçu du ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov, une invitation permanente à se rendre à Moscou et que la situation actuelle rendait une telle visite «plus nécessaire que jamais».

La veille, les 27 ont ont condamné l'arrestation de l'opposant russe Alexeï Navalny et demandé sa libération «immédiate» dans une déclaration publiée par Josep Borrell. «La politisation du système judiciaire est inacceptable et les droits de M. Navalny doivent être respectés», ont dénoncé les 27 dans leur déclaration commune. 

La Lituanie, la Lettonie et l'Estonie, pays qui entretiennent traditionnellement des relations tendues avec la Russie, ont proposé que l'Union européenne réagisse à l'arrestation d'Alexeï Navalny par des sanctions contre Moscou. «Les discussions vont bon train entre les Etats membres» sur ce sujet, a assuré Josep Borrell, qui a rappelé que l'adoption de nouvelles sanctions nécessitait l'unanimité des Etats membres de l'UE.

Le sujet devrait être inscrit à l'ordre du jour de la réunion des ministres des Affaires étrangères de l'UE prévue le 25 janvier.

Alexeï Navalny, opposant au président russe Vladimir Poutine, a été interpellé le 17 janvier dès son arrivée à Moscou en provenance d'Allemagne, où il a été soigné puis a observé une période de convalescence à la suite de son empoisonnement présumé en août en Russie. Les services pénitentiaires russes avaient annoncé à l'avance qu'il serait arrêté pour ne pas avoir respecté les conditions d'une peine de prison avec sursis dont il avait écopé dans une affaire de détournement de fonds. 

L'Union européenne a déjà imposé des sanctions économiques contre la Russie à la suite de l'annexion en 2014 de la Crimée.

Le bloc a ajouté en octobre de nouvelles sanctions à l'encontre de responsables russes proches du président Vladimir Poutine après l'empoisonnement présumé d'Alexeï Navalny.

L'opposant russe accuse Vladimir Poutine d'être à l'origine de son empoisonnement, ce que dément le Kremlin.

La Russie quant à elle estime que ces demandes constituent une «ingérence» : «C'est une affaire totalement intérieure et nous ne permettrons à personne de pratiquer l'ingérence», a encore déclaré le porte-parole du Kremlin Dmitri Peskov le 19 janvier.  

Raconter l'actualité

Suivez RT en français surTelegram

En cliquant sur "Tout Accepter" vous consentez au traitement par ANO « TV-Novosti » de certaines données personnelles stockées sur votre terminal (telles que les adresses IP, les données de navigation, les données d'utilisation ou de géolocalisation ou bien encore les interactions avec les réseaux sociaux ainsi que les données nécessaires pour pouvoir utiliser les espaces commentaires de notre service). En cliquant sur "Tout Refuser", seuls les cookies/traceurs techniques (strictement limités au fonctionnement du site ou à la mesure d’audiences) seront déposés et lus sur votre terminal. "Tout Refuser" ne vous permet pas d’activer l’option commentaires de nos services. Pour activer l’option vous permettant de laisser des commentaires sur notre service, veuillez accepter le dépôt des cookies/traceurs « réseaux sociaux », soit en cliquant sur « Tout accepter », soit via la rubrique «Paramétrer vos choix». Le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Vous pouvez modifier vos choix via la rubrique «Paramétrer vos choix». Réseaux sociaux Désactiver cette option empêchera les réseaux sociaux de suivre votre navigation sur notre site et ne permettra pas de laisser des commentaires.

OK

RT France utilise des cookies pour exploiter et améliorer ses services.

Vous pouvez exprimer vos choix en cliquant sur «Tout accepter», «Tout refuser» , et/ou les modifier à tout moment via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Pour en savoir plus sur vos droits et nos pratiques en matière de cookies, consultez notre «Politique de Confidentialité»

Tout AccepterTout refuserParamétrer vos choix