L'opposant russe Alexeï Navalny a atterri à Moscou

L'opposant russe Alexeï Navalny a atterri à Moscou© Kirill Kudryavtsev Source: AFP
L'opposant russe Alexeï Navalny dans son avion en partance pour Moscou le 17 janvier.
Suivez RT France surTelegram

Hospitalisé en Allemagne à l'issue de son empoisonnement présumé, l'opposant Alexeï Navalny est rentré en Russie malgré le risque d'incarcération en raison d'une violation des conditions de sa peine de prison avec sursis pour détournement de fonds.

Dernière nouvelle : Alexeï Navalny a été arrêté à son arrivée

Comme il l'avait annoncé le 13 janvier 2021, l'opposant russe Alexeï Navalny a regagné son pays d'origine ce 17 janvier après avoir été soigné en Allemagne pour un empoisonnement présumé. Il a emprunté un vol commercial de la compagnie russe Pobeda, qui a finalement été contraint d'atterrir dans un autre aéroport de la capitale russe que celui de Vnoukovo, annoncé dans un premier temps et où l'attendaient ses partisans. La police anti-émeute était présente aussi sur place, a rapporté l'AFP. L'opposant a finalement atterri à l'aéroport moscovite de Cheremetievo, au nord de la capitale. 

«Je n'ai pas choisi de revenir ou non, une telle question ne s'est pas posée une seconde. [...] Je suis tout à fait heureux d'être arrivé. C'est ma meilleure journée en cinq mois. C'est chez moi, je n'ai pas peur et avec un sentiment tout à fait normal je vais au contrôle aux frontières, je vais sortir et rentrer chez moi, car je sais que j'ai raison. Je sais que les poursuites pénales contre moi ont été fabriquées. Non seulement la vérité est de mon côté, mais aussi la cour. Je n'ai peur de rien et je vous exhorte à ne pas avoir peur de rien», a-t-il déclaré à son arrivé en Russie. 

Avant son arrivée, plusieurs de ses soutiens qui l'attendaient à l'aéroport Vnoukovo de Moscou ont été arrêtés, a constaté le reporter de RT France sur place Antoine Cléraux. 

Dans les instants précédant cet atterrissage, un grand nombre de soutiens d'Alexeï Navalny s'étaient rendus sur place, a-t-il par ailleurs constaté. 

Alexeï Navalny risque d'être incarcéré, les services pénitentiaires russes (FSIN) ayant affirmé le 14 janvier avoir l'intention de l'arrêter pour violation des conditions d'une peine de prison avec sursis le visant. «Le Service fédéral des prisons russes est obligé de prendre toutes les mesures nécessaires pour arrêter le contrevenant Alexeï Navalny, dans l'attente d'une décision du tribunal de remplacer sa peine avec sursis par une peine [de prison] ferme», avait expliqué le FSIN dans un communiqué.

Il est reproché à l'opposant de ne pas s'être présenté auprès des services pénitenciers russes deux fois par mois, comme le stipulaient pourtant les conditions de la peine de cinq ans de prison avec sursis à laquelle il avait été condamné.

Une condamnation pour détournement de fonds

Alexeï Navalny a été condamné à des peines de détention avec sursis à deux reprises. En 2017, il a écopé de cinq ans de prison avec sursis dans une affaire liée au détournement de 16,5 millions de roubles de l’entreprise Kirovles ; en 2014, il a été condamné à trois ans et six mois de prison avec sursis dans le cadre d’une affaire de fraude contre l’entreprise Yves Rocher Vostok.

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram

En cliquant sur "Tout Accepter" vous consentez au traitement par RT France de certaines données personnelles stockées sur votre terminal (telles que les adresses IP, les données de navigation, les données d'utilisation ou de géolocalisation ou bien encore les interactions avec les réseaux sociaux ainsi que les données nécessaires pour pouvoir utiliser les espaces commentaires de notre service).

En cliquant sur "Tout Refuser", seuls les cookies/traceurs techniques (strictement limités au fonctionnement du site ou à la mesure d’audiences) seront déposés et lus sur votre terminal. "Tout Refuser" ne vous permet pas d’activer l’option commentaires de nos services.

Pour activer l’option vous permettant de laisser des commentaires sur notre service, veuillez accepter le dépôt des cookies/traceurs « réseaux sociaux », soit en cliquant sur « Tout accepter », soit via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Vous pouvez modifier vos choix via la rubrique «Paramétrer vos choix».

OK

RT France utilise des cookies pour exploiter et améliorer ses services.

Vous pouvez exprimer vos choix en cliquant sur «Tout accepter», «Tout refuser» , et/ou les modifier à tout moment via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Pour en savoir plus sur vos droits et nos pratiques en matière de cookies, consultez notre «Politique de Confidentialité»

Tout AccepterTout refuserParamétrer vos choix