«Sans fondement», «politiquement biaisées» : Moscou fustige les sanctions du Royaume-Uni

«Sans fondement», «politiquement biaisées» : Moscou fustige les sanctions du Royaume-Uni© Peter Nicholls Source: Reuters
Cliché pris le 17 mars 2018 à Bournemouth, au Royaume-Uni (image d'illustration).
Suivez RT France surTelegram

La porte-parole de la diplomatie russe a qualifié les nouvelles sanctions introduites par le Royaume-Uni de «sans fondement» et «politiquement biaisées», tout en affirmant que la Russie se réservait «le droit de décider d’une réponse adéquate».

Le 12 décembre 2020, la porte-parole du ministère des Affaires étrangères de la Fédération de Russie, Maria Zakharova, a commenté dans un communiqué l’introduction de nouvelles sanctions contre la Russie par le Royaume-Uni. Une démarche qui, selon elle, est «sans fondement», «politiquement biaisée», et qui pourrait entraîner une «réponse adéquate». 

Le gouvernement britannique a annoncé mettre en œuvre de nouvelles sanctions contre trois citoyens russes et une unité de la Garde nationale russe pour des «violations présumées des droits de l’Homme en République de Tchétchénie». Une nouvelle accueillie «avec stupéfaction» par la diplomatie russe, qui considère que cette «décision sans fondement est une démonstration claire de la réticence des autorités britanniques à abandonner leur politique de confrontation vis-à-vis de la Russie».

Cette démarche, qualifiée de «politiquement biaisée», affectera sans «nul doute […] négativement les relations inter-étatiques russo-britanniques», selon Maria Zakharova qui met en garde contre une potentielle «réponse adéquate» en adéquation avec le «principe de réciprocité».

Le 6 juillet 2020, Londres avait annoncé son intention d’imposer des sanctions contre 25 Russes et 20 Saoudiens dans le cadre des mesures visant à arrêter le blanchiment de ce que le ministre des Affaires étrangères britannique, Dominic Raab, avait appelé «l'argent du sang». Moscou avait répondu le lendemain qu'il allait riposter à ces sanctions «inamicales» qui ciblaient notamment Alexandre Bastrykine, le chef du Comité d’enquête chargé des principales affaires criminelles de Russie.

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram
En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»