Le Kremlin annonce une réponse aux «sanctions inamicales» décidées par Londres

Le Kremlin annonce une réponse aux «sanctions inamicales» décidées par Londres© Alexender Nemenov Source: AFP
Le président russe Vladimir Poutine, accompagné du ministre des Affaires étrangères Sergueï Lavrov et du porte-parole du Kremlin Dmitri Peskov, au Kremlin de Moscou, le 24 mars 2016. (image d'illustration)

La Russie répondra par des mesures réciproques aux sanctions britanniques contre 25 Russes, annoncées par Londres le 6 juillet et notamment contre Alexandre Bastrykine, chef du Comité d'enquête, chargé des principales affaires criminelles de Russie.

La Russie a annoncé ce 7 juillet qu'elle allait riposter aux sanctions «inamicales» annoncées par Londres contre 49 personnes et organisations, dont 25 Russes, dans le cadre d'un nouveau mécanisme destiné selon le Royaume-Uni à punir les violations des droits de l'Homme.

Bien évidemment, le principe de réciprocité sera appliqué

«Nous ne pouvons que regretter ces mesures inamicales», a déclaré à la presse le porte-parole de la présidence russe, Dmitri Peskov. «Bien évidemment, le principe de réciprocité sera appliqué», a-t-il souligné.

Le 6 juillet, la Grande-Bretagne a annoncé son intention d'imposer des sanctions à 25 Russes et 20 Saoudiens dans le cadre des mesures post-Brexit, selon le ministre des Affaires étrangères, Dominic Raab, visant à arrêter le blanchiment de ce qu'il a appelé «l'argent du sang».

L'ambassade de Russie à Londres dénonce une volonté de «faire pression sur des Etats souverains»

La liste noire comprend notamment 25 citoyens russes accusés d'être impliqués dans la mort en détention en 2009 de Sergueï Magnitsky, juriste du fonds d'investissement Hermitage Capital. Parmi eux figure Alexandre Bastrykine, président du Comité d'enquête de la Fédération de Russie, chargé des principales affaires criminelles.

Moscou avait immédiatement prévenu que la Russie se réservait le droit de répondre à ces sanctions, d'après l'agence de presse RIA ce 6 juillet, citant l'ambassade de Russie à Londres. «Il est particulièrement scandaleux que les hauts représentants du parquet général et du comité d'enquête de la Fédération de Russie ainsi que les juges aient été inclus dans la liste des sanctions», a déclaré l'agence citant un porte-parole de l'ambassade. 

L'ambassade a également dénoncé ces sanctions comme une volonté de «faire pression sur des Etats souverains», soutenant que les enquêteurs et les juges russes travaillaient «indépendamment du pouvoir exécutif».

Les relations entre Londres et Moscou se sont dégradées ces dernières années sur fond d'opposition sur les conflits en Syrie et en Ukraine. Londres accuse par ailleurs Moscou d'avoir empoisonné en Angleterre, en 2018, l'ex-agent russe Sergueï Skripal et sa fille, des accusations rejetées en bloc par la Russie.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»