«Je vais bien», «loi et ordre», «Joe l'endormi» : Donald Trump de retour dans l'arène électorale

«Je vais bien», «loi et ordre», «Joe l'endormi» : Donald Trump de retour dans l'arène électorale© Tom Brenner Source: Reuters
Vidéo
Le président américain Donald Trump enlève son masque sur un balcon de la Maison-Blanche pour son allocution du 10 octobre 2020 (image d'illustration).

Neuf jours après avoir été testé positif au Covid-19 – que ses médecins affirment qu'il ne peut plus transmettre –, Donald Trump a prononcé un discours devant une foule de partisans rassemblée sur les pelouses publiques de la Maison-Blanche.

Alors qu'il s'adressait le 10 octobre 2020 à une foule de partisans depuis la Maison-Blanche, le président américain sortant Donald Trump, récemment infecté au Covid-19, s'est montré pour le moins fringant à 24 jours de la tenue du scrutin présidentiel.

Notre nation va vaincre le terrible virus chinois

«Je vais bien», a-t-il déclaré tout sourire, cité par l'AFP, après avoir enlevé son masque dès son arrivée devant le pupitre. «Je veux que vous sachiez que notre nation va vaincre le terrible virus chinois […] Nous produisons de puissants traitements et médicaments, nous soignons les malades et le vaccin va arriver très vite», a voulu rassurer Donald Trump dès les premières minutes de son allocution retransmise en direct sur les réseaux sociaux de la Maison-Blanche.

En tout état de cause, l'équipe médicale de Donald Trump se montre désormais optimiste quant à l'état de santé du président américain, neuf jours après avoir été testé positif au Covid-19. «Ce soir, je suis heureux d'annoncer que le président remplit tous les critères des [autorités sanitaires] pour une cessation en sécurité de l'isolement. Le test Covid PCR de ce matin montre, au regard des standards actuellement reconnus, qu'il n'est plus considéré comme risquant de transmettre [le virus] à d'autres personnes», a fait savoir le jour même le Dr Conley dans un communiqué cité par l'AFP, selon lequel des tests montrent qu'«il n'y a plus d'indice de réplication active du virus» et que la charge virale de Donald Trump «diminue».

«Joe l'endormi» dans le viseur de Trump

En amont d'une semaine chargée en meetings de campagne, le président américain a marqué son retour dans l'arène électorale en insistant sur sa volonté de rétablir «la loi et l'ordre», formule qu'il a déjà utilisée à de multiples reprises sur son réseau social préféré en référence aux débordements constatés en marge de nombreuses manifestations qui, ces derniers mois, ont secoué plusieurs grandes villes américaines.

[Joe Biden] a trahi les communautés noire et latino […] Les démocrates ont abandonné la plupart des banlieues

En outre, Donald Trump a profité de sa première prise de parole publique depuis neuf jours pour fustiger son rival Joe Biden, qu'il a une fois de plus gratifié du surnom «Joe l'endormi», ainsi que le rapporte LCI. «[Joe Biden] a trahi les communautés noire et latino […] Les démocrates ont abandonné la plupart des banlieues. Leurs politiques n'ont rien apporté de bon, que de la calamité, de la pauvreté et des problèmes», a ainsi tonné Donald Trump cité par la chaîne d'informations en continu.

Une partie du public «payée» pour écouter Donald Trump ?

Alors que l'AFP évoque la présence de plusieurs centaines de personnes venues écouter le discours du président sortant, selon la chaîne américaine ABC, certains invités auraient vu «leur voyage et leur hébergement payés par le groupe Blexit», formule fusionnant les mots «black» et «exit», utilisée par la militante conservatrice Candace Owens pour sa campagne visant à encourager les électeurs noirs à quitter le Parti démocrate.

«Les partisans, qui devaient également assister à un événement Blexit distinct plus tôt dans la journée, ont été invités à assister à un "énorme rallye en plein air" par le groupe et ont dû remplir un formulaire qui les informait que Blexit […] prendrait en charge les frais de voyage», explique encore ABC, affirmant avoir eu accès à des courriels allant dans ce sens. «Dans un courriel d'Owens, les participants ont été informés que "tout le monde devait apporter un masque pour être autorisé à entrer", et qu'"absolument aucune exception" ne sera[it] faite», relate notamment la chaîne d'informations en continu, qui précise avoir contacté à ce sujet un porte-parole de la Maison-Blanche selon lequel «la présidence n'est pas impliquée dans la couverture des coûts».

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»