Pour la première fois depuis 2006, le Hamas et le Fatah s'accordent pour des élections

Pour la première fois depuis 2006, le Hamas et le Fatah s'accordent pour des élections© Mohamad Torokman Source: Reuters
Une représentation d'une carte aux couleurs du drapeau palestinien indiquant «Jérusalem est la capitale éternelle de la Palestine» est placée sur une clôture protégeant une colonie juive dans le village de Bilin en Cisjordanie occupée, le 31 janvier 2020 (image d'illustration).
Suivez RT France surTelegram

Les accords normalisant les relations entre Israël, les Emirats Arabes Unis et Bahreïn ont poussé l'autorité palestinienne et le Hamas à faire fi de leur rivalité. A l'issue d'un dialogue, ils ont annoncé la tenue d'élections dans les six mois.

Face à l'adversité que constitue pour les Palestiniens les récents accords de normalisation entre Israël et certains pays arabes, les rivaux politiques du Hamas (islamiste) et du Fatah (laïc) ont annoncé le 24 septembre s'être entendus pour organiser des élections dans les six mois à venir, après deux jours de discussions à Istanbul. Il n'y a pas eu d'élections palestiniennes depuis les législatives de 2006, largement remportées à l'époque par le Hamas, aboutissant à sa prise de pouvoir dans la bande de Gaza un an plus tard.

«Les deux parties ont convenu en principe d'organiser des élections dans les six mois», a ainsi déclaré Sami Abou Zouhri, au nom du Hamas. Djibril Radjoub, secrétaire général du Fatah, a confirmé l'accord. «Nous sommes parvenus cette fois à un vrai consensus [...], les divisions ont causé du tort à notre cause nationale et nous travaillons à y mettre fin», a réagi auprès de l'AFP Saleh al-Arouri, l'une des voix du Hamas.

Les divisions ont causé du tort à notre cause nationale

Il reviendra à Mahmoud Abbas, président de l'Autorité palestinienne, de fixer le calendrier électoral par décret. Les législatives devraient se tenir avant la présidentielle, qui sera elle-même suivie de l'élection du Conseil national palestinien, considéré comme le parlement de l'Organisation de libération de la Palestine (OLP), la plus haute instance décisionnelle.

Mahmoud Abbas sera-t-il candidat à sa succession ?

Le Hamas – qu'Israël et de nombreux pays occidentaux considèrent comme une organisation terroriste – s'est emparé de la bande de Gaza en juin 2007 après avoir remporté les élections législatives en 2006. Depuis, toutes les tentatives de rapprochement avec l'Autorité palestinienne ont échoué. Mais l'accord du 13 août entre Israël et les Emirats arabes unis – auquel Bahreïn s'est associé par la suite – a rapproché ces frères ennemis qui redoutent que le traité diplomatique ne remette en question la position des pays arabes sur la question palestinienne.

La dernière élection présidentielle palestinienne remonte à 2005. A l'époque, le successeur de Yasser Arafat à la tête du Fatah, Mahmoud Abbas, avait remporté la mise avec 62% d'appuis et dirige depuis l'Autorité palestinienne. Un an plus tard, le Hamas avait remporté les élections législatives mais ces résultats avaient envenimé les relations entre les deux camps au point de mener à des affrontements armés et à la prise de contrôle en 2007 de la bande de Gaza par le mouvement islamiste.

Selon une rare enquête d'opinion ces derniers mois du Centre de recherche palestinien sur la politique et les sondages (PCPSR), le chef du Hamas Ismaël Haniyeh devancerait Mahmoud Abbas en cas d'élections. Mahmoud Abbas, aujourd'hui âgé de 84 ans, n'a toutefois pas annoncé s'il allait être candidat à sa succession. 

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram

En cliquant sur "Tout Accepter" vous consentez au traitement par RT France de certaines données personnelles stockées sur votre terminal (telles que les adresses IP, les données de navigation, les données d'utilisation ou de géolocalisation ou bien encore les interactions avec les réseaux sociaux ainsi que les données nécessaires pour pouvoir utiliser les espaces commentaires de notre service).

En cliquant sur "Tout Refuser", seuls les cookies/traceurs techniques (strictement limités au fonctionnement du site ou à la mesure d’audiences) seront déposés et lus sur votre terminal. "Tout Refuser" ne vous permet pas d’activer l’option commentaires de nos services.

Pour activer l’option vous permettant de laisser des commentaires sur notre service, veuillez accepter le dépôt des cookies/traceurs « réseaux sociaux », soit en cliquant sur « Tout accepter », soit via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Vous pouvez modifier vos choix via la rubrique «Paramétrer vos choix».

OK

RT France utilise des cookies pour exploiter et améliorer ses services.

Vous pouvez exprimer vos choix en cliquant sur «Tout accepter», «Tout refuser» , et/ou les modifier à tout moment via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Pour en savoir plus sur vos droits et nos pratiques en matière de cookies, consultez notre «Politique de Confidentialité»

Tout AccepterTout refuserParamétrer vos choix