Accord de normalisation : un «jour sombre» pour le monde arabe selon le Premier ministre palestinien

- Avec AFP

Accord de normalisation : un «jour sombre» pour le monde arabe selon le Premier ministre palestinien© Ibraheem Abu Mustafa Source: Reuters
Le 12 septembre 2020 dans le centre de Gaza, des Palestiniens brûlent des portraits en signe de protestations après l'annonce de l'accord de normalisation entre Israël et le Bahreïn.

Israël, Bahreïn et Emirats arabes unis doivent se retrouver à Washington pour signer un accord de normalisation des relations. L'Autorité palestinienne ainsi que le Hamas se sont vivement opposés à cette signature.

La signature fixée au 15 septembre de l'accord de normalisation des relations entre Israël, les Emirats arabes unis et Bahreïn marquera un «jour sombre» dans l'histoire du monde arabe, a affirmé ce 14 septembre le Premier ministre palestinien Mohammed Shtayyeh.

Les chefs de la diplomatie des deux monarchies du Golfe et le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahou doivent signer ce 15 septembre à Washington, en présence du président américain Donald Trump, un accord visant à normaliser les relations entre ces pays arabes et l'Etat hébreu.

«Coups de poignard dans le dos»

Les Palestiniens, de l'Autorité palestinienne aux islamistes du Hamas, ont étrillé l'accord qualifié notamment de «coups de poignard dans le dos» de la part de ces pays accusés de pactiser avec Israël sans résolution préalable du conflit israélo-palestinien.

Ce jour sera à ajouter au calendrier de la misère palestinienne et à être consigné comme celui des fractures arabes

«Demain [le 15 septembre], nous allons être témoins d'un jour sombre dans l'histoire de la nation arabe, d'une défaite des institutions de la Ligue arabe, qui ne sont plus unies, mais divisées», a déclaré ce 14 septembre Mohammad Shtayyeh lors de la rencontre hebdomadaire du cabinet des ministres de l'Autorité palestinienne.

«Ce jour sera à ajouter au calendrier de la misère palestinienne et à être consigné comme celui des fractures arabes», a-t-il enchaîné.

L'Autorité palestinienne envisage de «corriger» sa relation avec la Ligue Arabe

Il a ajouté, sans plus de détails, que l'Autorité palestinienne envisageait de «corriger» sa relation avec la Ligue arabe, qui n'a pas dénoncé la normalisation des relations entre Israël et les deux monarchies du Golfe.

Les Palestiniens ont d'ailleurs appelé à des manifestations le 15 septembre pour marquer leur opposition à ce projet et ont appelé les autres pays arabes «à ne pas participer aux célébrations» de ce jour à Washington. 

Benjamin Netanyahou, arrivé ce 14 septembre dans la capitale américaine selon ses services, s'est félicité «d'accords de paix historiques» avec les Emirats arabes unis et Bahreïn, pays avec lesquels Israël n'a jamais été en guerre. 

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»