Des dizaines de milliers de manifestants anti-Loukachenko à Minsk, plus de 600 arrestations

Des dizaines de milliers de manifestants anti-Loukachenko à Minsk, plus de 600 arrestations© Tut Source: Reuters
Vidéo
Des manifestants antigouvernementaux défilent le 6 septembre 2020 dans la capitale biélorusse Minsk.

Des dizaines de milliers de manifestants sont de nouveau descendus dans les rues de Minsk pour protester contre le résultat de l’élection présidentielle du 9 août. La police a procédé à au moins 633 interpellations.

Ce 6 septembre, les opposants au président Alexandre Loukachenko étaient appelés à descendre dans les rues de toute la Biélorussie, en particulier à Minsk, pour des «Marches de l'unité».

Selon des journalistes de l'AFP, la mobilisation à Minsk était «supérieure à celle des précédents weekends», avec plus de 100 000 Biélorusses défilant pour dénoncer le résultat du scrutin présidentiel, qu'ils jugent frauduleux.

La police biélorusse a fait savoir le 7 septembre qu'elle avait procédé à 633 interpellations. La liste des personnes arrêtées inclut Olga Pavlova, membre du Conseil de coordination de l'opposition.

Selon l'agence Tass, l'Association biélorusse des journalistes a rapporté l'arrestation d'un journaliste de la Radio Racyja et d'un correspondant de l'agence de presse BelaPAN, alors qu'ils couvraient les manifestations en Biélorussie ce 6 septembre.

Crise politique en Biélorussie

L'annonce de la réélection d'Alexandre Loukachenko avec environ 80% des voix (contre quelque 10% pour sa principale rivale, Svetlana Tikhanovskaïa) a déclenché dès le 9 août dans toutes les grandes villes de Biélorussie des manifestations de contestation des résultats du scrutin, ainsi qu'un mouvement de grève.

La police a réagi en procédant à des milliers d'arrestations dans les soirs qui ont suivi le scrutin. Des personnes libérées ont témoigné à l'AFP de privation d'eau ou de nourriture durant leur détention, ou encore de passages à tabac.

Alexandre Loukachenko a rapidement dénoncé les mobilisations anti-gouvernementales en évoquant, notamment, «des appels à téléguider» les protestataires depuis l'étranger. A plusieurs reprises, il a suggéré que les manifestants contestant sa réélection étaient manipulés par des forces extérieures. En outre, les partisans du chef d'Etat réélu ont eux aussi organisé des mobilisations dans le pays.

La Commission électorale centrale de la Biélorussie a rejeté toutes les plaintes au sujet d'une non-validité des résultats de l'élection présidentielle. Néanmoins, le 17 août, le chef de l'Etat biélorusse a fait savoir qu'une nouvelle élection présidentielle pourrait se tenir si une nouvelle Constitution était adoptée par référendum.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»