Présidentielle en Biélorussie : la police disperse de nouvelles manifestations

- Avec AFP

Auteur: RT France

La police a dispersé des manifestants à l'occasion de nouveaux rassemblements en Biélorussie, alors que la candidate de l'opposition conteste l'issue d'un scrutin qui a débouché sur une large victoire du président Alexandre Loukachenko.

La police biélorusse a dispersé ce 10 août, pour la deuxième soirée consécutive, des manifestations contre les résultats de l'élection présidentielle, qui a abouti à un sixième mandat pour le chef de l'Etat sortant, Alexandre Loukanchenko.

Ces résultats, donnant Alexandre Loukachenko vainqueur avec 80,08% des voix, sont contestés par l'opposition, qui estime le scrutin falsifié. Des opposants sont descendus dans la rue en ordre dispersé ce 10 août au soir, à plusieurs endroits de la capitale, Minsk, et dans d'autres villes de cette ancienne république soviétique.

Scandant «Honte !» et «Longue vie à la Biélorussie !», les protestataires ont fait face à un important dispositif policier. Un témoin interrogé par l'AFP et plusieurs médias russes et biélorusses ont fait état de l'utilisation de gaz lacrymogène, de tirs de balles en caoutchouc et de grenades assourdissantes par les forces de l'ordre.

Un manifestant se tue en voulant lancer un «engin explosif»

La police a déclaré dans un communiqué qu'un manifestant était mort après qu'un engin explosif qu'il voulait lancer a «explosé dans ses mains». 

«L'un des protestataires a essayé de lancer un engin explosif sur les forces de l'ordre, mais cet engin a explosé dans ses mains», le tuant, a précisé la police dans un communiqué.

Plusieurs autres personnes ont également été blessées, a déclaré à l'AFP la porte-parole de la police biélorusse Olga Tchemodanova, sans plus de précisions.

Selon le média TUT.by, une journaliste a été touchée par une balle en caoutchouc lors de la dispersion d'un de ces rassemblements.

De son côté, la police a confirmé avoir procédé à des arrestations de manifestants, sans en donner le nombre, et assuré que «la situation [était] sous contrôle».

Plus de 3 000 arrestations lors des manifestations de la veille

Des manifestations émaillées de heurts avec les forces de l'ordre avaient aussi eu lieu le 9 août au soir, peu après l'annonce de premiers sondages officiels donnant le président sortant Alexandre Loukachenko, au pouvoir depuis 1994, largement en tête.

Des milliers de protestataires avaient alors essuyé les tirs de grenades assourdissantes et de balles en caoutchouc de la police à Minsk, qui avaient fait des dizaines de blessés.

Plus de 3 000 personnes ont été arrêtées lors de ces manifestations le 9 août au soir et 21 dossiers criminels pour «troubles de masse» ont été ouverts, selon la police.

Les résultats du vote sont contestés par l'opposition, qui estime que le scrutin est falsifié.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»