Une pétition réclamant de placer le Liban sous mandat français recueille plus de 59 000 signatures

Une pétition réclamant de placer le Liban sous mandat français recueille plus de 59 000 signatures© Thibault Camus Source: Reuters
Le président français Emmanuel Macron et le président libanais Michel Aoun, au palais présidentiel de Baabda, au Liban, le 6 août 2020 (image d'illustration).

Une pétition demandant le placement du Liban sous mandat français a recueilli plus de 59 000 signatures en moins de 48 heures. La visite de Macron à Beyrouth après les explosions du 4 août a été considérée par des commentateurs comme de l'ingérence.

Le texte, écrit en anglais, fait quelques lignes et ne laisse place à aucune ambiguïté. Une pétition lancée sur Avaaz le 5 août de manière anonyme demande le placement du Liban sous mandat français pour les dix prochaines années : «Les responsables libanais ont clairement montré une incapacité totale à sécuriser et gérer le pays. Avec un système défaillant, la corruption, le terrorisme et les milices, le pays vient d’atteindre son dernier souffle. Nous pensons que le Liban doit revenir sous mandat français afin de mettre en place une gouvernance propre et durable.» Au moment d'écrire ces lignes, le 7 août vers 14h, la pétition a recueilli plus de 59 000 signatures.

Chaleureusement accueilli par une partie de la presse libanaise et par un bain de foule dans les rues dévastées de Beyrouth, Emmanuel Macron, en visite au Liban le 6 août, a fait l'objet de critiques en France de la part de responsables et commentateurs politiques, qui ont vu dans certains des propos du président une forme d'ingérence. Emmanuel Macron a en effet tenu à être le premier chef d'Etat à aller dans ce pays, anciennement sous protectorat français. Il a annoncé, lors de son arrivée dans la capitale libanaise, qu'il voulait «organiser la coopération européenne et plus largement la coopération internationale» 

Il a aussi souhaité «un dialogue de vérité» avec les autorités et a rappelé que la France portait «l'exigence [...] depuis des mois pour ne pas dire des années de réformes indispensables» dans «certains secteurs», comme «l'énergie, les marchés publics, la lutte contre la corruption». «Si ces réformes ne sont pas faites, le Liban continuera de s'enfoncer», a prévenu le président de la République. 

Est-ce possible ?

Dans un article concernant la pétition, Le Figaro s'est demandé si une administration du Liban par la France pourrait être envisageable du point de vue du droit international. 

Pour le quotidien, Yann Kerbrat, professeur de droit international à la Sorbonne (Paris I), commente : «Un mandat à proprement parler est évidemment très invraisemblable, la terminologie employée renvoie à une institution qui a pris fin avec la création de l'ONU en 1945.» Ce spécialiste rappelle que l'Etat libanais est souverain et que la charte de l'ONU «n'envisage pas de tel cas de prise en main des affaires nationales par un autre». «Les derniers pays placés sous administration internationale, à savoir le Timor oriental puis le Kosovo, l'ont été par le Conseil de sécurité de l'ONU compte tenu d'une situation très troublée et spécifiquement en vue de son indépendance pour le premier», détaille-t-il. 

En définitive, Yann Kerbrat estime que seules les Nations unies pourraient décider, vu les troubles majeurs au Liban, d'une administration internationale du pays. Pour ce faire, le Conseil de sécurité de l'ONU «pourrait confier à des pays en particulier certaines responsabilités». Mais pour ce professeur, «l'hypothèse la plus vraisemblable reste celle de sanctions contre le gouvernement libanais actuel, économiques ou politiques, comme la suspension de projets d'aides ou d'infrastructures, ou un conditionnement de l'aide internationale au respect de certaines obligations en matière de démocratie et de droits de l'homme». 

Une alternative serait de s'appuyer sur des structures déjà présentes, comme la Force intérimaire des Nations unies au Liban (FINUL). «La FINUL peut se voir confier de nouvelles missions par le Conseil de sécurité comme celle de la distribution de l'aide humanitaire ou de sa sécurisation, mais là encore, seulement si aucun accord n'est trouvé avec les autorités locales ou qu'une décision est prise en ce sens par le Conseil de sécurité des Nations unies», conclut Yann Kerbrat.

Béchara Raï, chef de l'Église maronite au Liban, a publié le 5 août une lettre s'adressant «aux pays amis et frères ainsi qu'aux Nations unies, pour apporter l'aide immédiate afin de sauver la ville de Beyrouth», précisant qu'il faudrait mettre en place une «Caisse sous contrôle onusien» pour gérer les aides.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»