«Portée du complot élargie» : la justice américaine reformule l'acte d'accusation contre Assange

«Portée du complot élargie» : la justice américaine reformule l'acte d'accusation contre Assange© NACHO DOCE Source: Reuters
Affiche Free Assange (image d'illustration).
Suivez RT France surTelegram

Le département américain de la Justice a expliqué avoir reformulé l'acte d'accusation à l'encontre de Julian Assange, fondateur de la société d'édition WikiLeaks. Une parution qui a fait réagir plusieurs journalistes suivant le dossier de près.

Dans un communiqué publié le 24 juin, le département de la Justice des Etats-Unis a annoncé avoir reformulé l'acte d'accusation à l'encontre de Julian Assange, en élargissant «la portée du complot» concernant les intrusions informatiques présumées dont l'accuse Washington.

La justice américaine affirme notamment avoir de nouveaux éléments selon lesquels le fondateur de WikiLeaks aurait communiqué directement avec le groupe de hackers «LulzSec» en 2012, pour lui demander de «pirater une liste de cibles». «En 2010, Assange a obtenu un accès non autorisé à un système informatique gouvernemental d'un pays de l'OTAN», peut-on encore lire dans le communiqué.

En outre, «la conspiration de piratage élargie continue d'alléguer qu'Assange a conspiré avec [...] Chelsea Manning pour pirater un ordinateur classé du ministère américain de la défense», précise le département américain de la Justice, bien que cette version n'ait jamais été confirmée par l'ex-analyste des renseignements de l'armée américaine.

«Le nouvel acte d'accusation n'ajoute pas de chefs d'accusation supplémentaires à [celui qui avait été] rendu contre Assange en mai 2019», affirme la justice américaine, en référence aux 18 chefs d'inculpation retenus au mois de mai 2019 contre le journaliste australien, qui encoure ainsi une peine de 175 ans d'emprisonnement en cas d'extradition aux Etats-Unis.

Lire aussi : «Tenez bon Julian» : trois syndicats de journalistes unissent leurs plumes dans une lettre à Assange

«Erreur flagrante» dans le nouvel acte d'accusation ?

Nombre d'observateurs n'ont pas tardé à réagir à la parution du dernier communiqué du département américain de la Justice, notamment parmi ceux qui suivent l'affaire Assange de près depuis ses débuts.

«Le nouvel acte d'accusation américain d'Assange comprend une erreur flagrante basée sur une lecture erronée d'un article de blog de 2010 que j'ai écrit», a par exemple tweeté Robert Mackey, ancien journaliste au New York Times, et fondateur du blog Lede. «Mon billet de blog Lede citait des reportages [qui évoquaient les propos de Taliban après les révélations de Wikileaks sur la guerre en Afghanistan, "The War Logs" (2010), NDLR], ce n'était pas, comme le département américain de la Justice le déclare à tort, un entretien avec un porte-parole des talibans. Le document [étatique] a également incorrectement mentionné des commentaires qu'Assange a faits un an plus tard à CBS en réponse à mon message», affirme encore Robert Mackey.

L'acharnement de Washington contre le fondateur de WikiLeaks constitue «la menace américaine la plus grave pour la liberté de la presse depuis 2016», a de son côté estimé Glenn Greenwald, journaliste co-fondateur du magazine en ligne The Intercept.

«Le journaliste Julian Assange est un prisonnier politique, torturé dans une prison britannique à qui on dénie son droit de parler avec ses propres avocats» a également écrit le journaliste Benjamin Norton, du média en ligne The Grayzone.

WikiLeaks a également réagi au communiqué de la justice américaine, à travers plusieurs publications. Dans l'une d'entre elles, le site dénonce «une nouvelle tentative pathétique du [département américain de la Justice] de duper le public». Un peu plus tard, WikiLeaks a également fustigé un des protagonistes qui aurait aidé la justice américaine à formuler ce nouvel acte d'accusation, Sigurdur Thordarson, jeune hacker islandais qui a travaillé en 2010 avec WikiLeaks avant de s'avérer être un espion du FBI. En 2015, il a par ailleurs été condamné pour infractions sexuelles sur des mineurs qu'il manipulait en leur promettant de l'argent et autres avantages matériels. «Un sociopathe diagnostiqué, un escroc condamné, un abuseur d'enfants et informateur du FBI qui a été reconnu coupable en Islande d'usurpation d'identité», s'indigne à ce propos WikiLeaks.

Toujours derrière les barreaux

Dans l'attente de la reprise des audiences portant sur son extradition, le fondateur de WikiLeaks est toujours incarcéré au Royaume-Uni, dans la prison de haute sécurité de Belmarsh, malgré le caractère obsolète des raisons qui, de fil en aiguille, avaient mené à cette détention. De fait, Julian Assange a fini de purger la peine prononcée en mai 2019 par la justice britannique, qui l'avait condamné à 50 semaines de prison pour avoir violé les conditions de sa liberté provisoire alors qu'il s'était rendu le 19 juin 2012 à l'ambassade de l'Equateur, afin d'y demander l'asile politique. Pour rappel, il avait effectué cette démarche car il redoutait déjà une extradition vers les Etats-Unis et craignait que celle-ci ne soit facilitée par le mandat d'arrêt alors émis par la Suède où il était accusé dans une affaire de viol, dossier classé depuis, faute de preuve.

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram

En cliquant sur "Tout Accepter" vous consentez au traitement par RT France de certaines données personnelles stockées sur votre terminal (telles que les adresses IP, les données de navigation, les données d'utilisation ou de géolocalisation ou bien encore les interactions avec les réseaux sociaux ainsi que les données nécessaires pour pouvoir utiliser les espaces commentaires de notre service).

En cliquant sur "Tout Refuser", seuls les cookies/traceurs techniques (strictement limités au fonctionnement du site ou à la mesure d’audiences) seront déposés et lus sur votre terminal. "Tout Refuser" ne vous permet pas d’activer l’option commentaires de nos services.

Pour activer l’option vous permettant de laisser des commentaires sur notre service, veuillez accepter le dépôt des cookies/traceurs « réseaux sociaux », soit en cliquant sur « Tout accepter », soit via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Vous pouvez modifier vos choix via la rubrique «Paramétrer vos choix».

OK

RT France utilise des cookies pour exploiter et améliorer ses services.

Vous pouvez exprimer vos choix en cliquant sur «Tout accepter», «Tout refuser» , et/ou les modifier à tout moment via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Pour en savoir plus sur vos droits et nos pratiques en matière de cookies, consultez notre «Politique de Confidentialité»

Tout AccepterTout refuserParamétrer vos choix