Syrie : selon Damas, l’aviation israélienne aurait mené plusieurs raids dans la région de Masyaf

Syrie : selon Damas, l’aviation israélienne aurait mené plusieurs raids dans la région de Masyaf© Jack Guez Source: AFP
Vidéo
Un F-15 de l'armée israélienne enclenche son dispositif anti-missiles, le 27 juin 2019, lors d'une cérémonie sur la base de Hatzerim, en Israël (image d'illustration).

L'agence Sana a fait état de plusieurs raids de l'armée israélienne contre une cible militaire en Syrie. Elle a annoncé des «dégâts matériels sans pertes humaines» alors que l'OSDH, ONG controversée, a évoqué la mort de neuf soldats.

D’après des informations rapportées par l’agence de presse nationale syrienne Sana, citant une source militaire, l’aviation israélienne a procédé le 4 juin à plusieurs raids dans la région de Masyaf, dans l'ouest de la Syrie.

«A 21h25, les avions de combat israéliens ont visé, depuis l'espace aérien libanais, l'un des sites militaires des environs de Masyaf», a fait valoir cette même source, précisant que «les défenses aériennes de l'armée avaient immédiatement été confrontées aux missiles hostiles et abattu un certain nombre d'eux».

Des raids réguliers depuis le début du conflit

D’après un journaliste de Sana, l’«agression israélienne» a causé des «dégâts matériels sans pertes humaines».

L’agence a mis en ligne une vidéo montrant ce qui semble être un engin antiaérien détruisant un objet volant, possiblement un missile.

Plusieurs autres vidéos, que RT France n’a pour le moment pas pu authentifier, laissent apparaître de nombreux objets volants dans le ciel de la ville.

D’après l'Observatoire syrien des droits de l’homme (OSDH) – ONG controversée basée à Londres – ces attaques auraient fait plusieurs morts dans les forces syriennes. «Au moins neuf combattants ont péri dans les frappes, dont quatre Syriens et cinq autres non identifiés […] Les frappes aériennes israéliennes, qui ont eu lieu depuis l'espace aérien libanais, ont détruit des dépôts de munitions et d'armes», a souligné l’OSDH dans un communiqué. Damas n’a pour l'heure pas confirmé cette information.

Depuis le début du conflit syrien, Israël mène régulièrement des attaques contre les forces fidèles au président Bachar el-Assad, qu'il s'agisse de l'armée syrienne ou de leurs alliés iraniens ou du Hezbollah libanais. Si Israël ne reconnait que rarement son implication dans ces opérations menées sur le sol syrien, Tel-Aviv redoute la présence iranienne dans ce pays qu’il soupçonne de vouloir se rallier à Téhéran pour combattre l'Etat hébreu.

Le 4 mai dernier, Tsahal avait déjà mené des raids contre plusieurs casernes militaires dans la région d'As-Safira, au sud-est d'Alep. Un peu plus d'une semaine auparavant, le 27 avril, Sana rapportait la mort de trois civils dans des raids israéliens près de Damas. «Nous avons bloqué les positions iraniennes puis nous les avons délogées, et nous ne nous arrêterons pas», avait alors prévenu Naftali Bennett, ministre israélien de la Défense, au lendemain de l'attaque.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»