Echange de tirs à la frontière entre les deux Corée : un accident, selon Séoul et Washington

Echange de tirs à la frontière entre les deux Corée : un accident, selon Séoul et Washington© Ed JONES Source: AFP
Soldats sud-coréens devant un grillage de la zone démilitarisée (image d'illustration).
Suivez RT France surTelegram

Des tirs en provenance de Corée du Nord ont touché un bâtiment sud-coréen dans la zone démilitarisée, provoquant une riposte graduée. Il s'est agi de tirs accidents, selon Séoul et Washington.

Des tirs émanant de Corée du Nord ont touché un poste-frontière sud-coréen au niveau de la zone démilitarisée (DMZ) qui sépare les deux Etats, encore techniquement en guerre depuis l'armistice ayant mis fin à la guerre de Corée en 1953. L'armée sud-coréenne a riposté. 

«Nos militaires ont riposté par deux séries de coups de feu et par un message de mise en garde, conformément à notre procédure», a déclaré l'état-major interarmées de Corée du Sud dans un communiqué.

Aucune victime n'est à déplorer du côté de Séoul. Plus tard, l'armée a fait savoir, selon l'agence sud-coréenne Yonhap, que les tirs n'étaient «pas considérés comme intentionnels».

«Quelques tirs sont venus du Nord, nous pensons que ceux-ci étaient accidentels. Les Sud-Coréens ont en effet riposté. Il n'y a pas eu de perte de vie de part et d'autre», a déclaré le secrétaire d'Etat américain Mike Pompeo dans un entretien à la chaîne ABC le même jour. 

Réapparition publique de Kim Jong-un

S'exprimant sur la mystérieuse absence publique du dirigeant nord-coréen pendant trois semaines, notamment le 15 avril lors de la commémoration de la naissance de son grand-père Kim Il-sung, le secrétaire d'Etat a déclaré que les Etats-Unis ne savaient pas «pourquoi il a[vait] raté cet événement». «Nous avons vu les mêmes images [...] que le monde. Il semble que le président Kim est en vie et va bien», a-t-il ajouté. 

Des images montrant le dirigeant suprême inaugurer une usine à Sunchon, au nord de Pyongyang le 1er mai ont coupé court aux rumeurs sur son décès.

La Corée du Sud, par l'intermédiaire du haut diplomate sud-coréen Moon Chung-in, avait pour sa part démenti ces spéculations le 27 avril, affirmant que Kim Jong-un séjournait depuis le 13 avril dans la station balnéaire de Wonsan, à l'est de la Corée du Nord.

«Pour ma part, je suis heureux de le voir de retour et en forme», s'est réjoui Donald Trump sur Twitter le 2 mai. Le chef d'Etat, premier président américain en exercice à avoir posé le pied en République populaire démocratique de Corée en juin 2019, a rencontré Kim Jong-un lors de trois sommets historiques. Mais depuis, les négociations sur l'arsenal nucléaire nord-coréen sont au point mort entre les deux pays. 

«Notre mission reste la même : convaincre les Nord-coréens d'abandonner leurs armes nucléaires et créer un avenir plus radieux pour le peuple nord-coréen», a déclaré pour sa part Mike Pompeo le 3 mai. 

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram

En cliquant sur "Tout Accepter" vous consentez au traitement par RT France de certaines données personnelles stockées sur votre terminal (telles que les adresses IP, les données de navigation, les données d'utilisation ou de géolocalisation ou bien encore les interactions avec les réseaux sociaux ainsi que les données nécessaires pour pouvoir utiliser les espaces commentaires de notre service).

En cliquant sur "Tout Refuser", seuls les cookies/traceurs techniques (strictement limités au fonctionnement du site ou à la mesure d’audiences) seront déposés et lus sur votre terminal. "Tout Refuser" ne vous permet pas d’activer l’option commentaires de nos services.

Pour activer l’option vous permettant de laisser des commentaires sur notre service, veuillez accepter le dépôt des cookies/traceurs « réseaux sociaux », soit en cliquant sur « Tout accepter », soit via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Vous pouvez modifier vos choix via la rubrique «Paramétrer vos choix».

OK

RT France utilise des cookies pour exploiter et améliorer ses services.

Vous pouvez exprimer vos choix en cliquant sur «Tout accepter», «Tout refuser» , et/ou les modifier à tout moment via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Pour en savoir plus sur vos droits et nos pratiques en matière de cookies, consultez notre «Politique de Confidentialité»

Tout AccepterTout refuserParamétrer vos choix