Brexit : Londres menace de mettre fin aux négociations, Bruxelles se prépare à un no-deal

Brexit : Londres menace de mettre fin aux négociations, Bruxelles se prépare à un no-deal© Kenzo TRIBOUILLARD Source: AFP
Michel Barnier, le négociateur européen pour le Brexit.

Alors que les négociations sur la future relation commerciale entre l'UE et le Royaume-Uni vont commencer, le gouvernement britannique et la Commission européenne campent sur leurs positions, encore très éloignées.

Le divorce entre le Royaume-Uni et l'Union européenne va-t-il se terminer en mauvais termes ? Alors que le 2 mars s'ouvre le premier round des négociations sur la relation commerciale entre l'UE et le Royaume-Uni, pour une durée de 4 jours, Londres et Bruxelles affichent leur détermination à ne pas céder un pouce de terrain, quitte à ne pas trouver d'accord.

Le gouvernement britannique a ouvert les hostilités ce 27 février, menaçant de claquer la porte des négociations post-Brexit dès juin en l'absence de progrès rapides. En l'état, le fossé existant avec Bruxelles est profond, comme en atteste la publication du mandat de négociation britannique.

Une des principales pierres d'achoppement est l'exigence de Bruxelles que le Royaume-Uni continue à respecter certaines règles de l'UE sur le long terme, notamment en matière d'aides d'Etat, d'environnement, de droit du travail ou de fiscalité, en contrepartie d'une ouverture très large du marché européen, notamment sans droit de douanes pour les marchandises.

«Aucun arrangement où le Royaume-Uni n'a pas le contrôle de ses propres lois et de sa vie politique»

Une exigence que refuse catégoriquement Londres : «Le gouvernement ne négociera aucun arrangement où le Royaume-Uni n'a pas le contrôle de ses propres lois et de sa vie politique», est-il ainsi indiqué dans le mandat. «Cela signifie que nous n'accepterons aucune obligation pour nos lois de s'aligner sur celles de l'UE, ou permettant aux institutions européennes, dont la Cour de justice, d'être compétentes au Royaume-Uni», est-il encore écrit dans le document, dans lequel Londres, malgré tout, souligne sa volonté d'établir une «coopération amicale» entre deux parties «souveraines et égales». 

Faute de perspectives sérieuses d'accord d'ici juin, le gouvernement britannique menace ni plus ni moins de quitter la table des négociations, faisant ressurgir le spectre d'un «no deal».

Face à la détermination britannique, la Commission européenne a assuré se préparer à un éventuel échec des négociations. «La Commission a anticipé cette possibilité et continue de s'y préparer, mais il est trop tôt pour préjuger de l'issue des négociations qui vont commencer [le 2 mars] pour un futur accord commercial et on s'y prépare dans un esprit constructif», a fait savoir Dana Spinant, une porte-parole de l'institution.

«Nous aurons une explication réciproque sur nos mandats [le 2 mars] avec David Frost et nous ouvrirons [le 3 mars] les tables de négociations», a de son côté expliqué Michel Barnier, le négociateur européen pour le Brexit.

Malgré la difficulté de la tâche, Britanniques et Européens ont dix mois pour s'entendre sur leur nouvelle relation, avant la fin, le 31 décembre, de la période de transition durant laquelle le Royaume-Uni continue d'appliquer les règles européennes. Londres exclut catégoriquement de la prolonger.

Lire aussi : Après le Brexit, le casse-tête du budget de l'Union européenne

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»