Pour la première fois depuis 2012, l'armée syrienne reprend le contrôle de la périphérie d'Alep

Pour la première fois depuis 2012, l'armée syrienne reprend le contrôle de la périphérie d'Alep© AFP Source: AFP
L'armée syrienne à l'ouest d'Alep, le 16 février.

L'armée syrienne vient de reprendre le contrôle des 28 dernières poches qui étaient encore aux mains des terroristes autour d'Alep. Ce succès militaire crucial survient à la veille d'une rencontre entre Russes et Turcs, dans un contexte tendu.

C'est une première depuis huit ans. L'armée syrienne a repris le contrôle de 28 poches contrôlées par des groupes islamistes (notamment Hayat Tahrir al-Cham, dont l'une des composantes est le Front al-Nosra, ancienne branche syrienne d'al-Qaïda) à l'ouest et au nord d'Alep, selon l'agence de presse publique syrienne SANA.

Toujours selon cette agence, les combattants djihadistes se sont retirés de leurs avant-postes vers la frontière turque, laissant la totalité de la périphérie d'Alep aux mains des forces de Bachar el-Assad, ce qui n'était pas arrivé depuis 2012.

L'armée du gouvernement syrien a lancé une opération militaire dans la région d'Alep (Nord du pays) et dans celle d'Idleb, un peu plus à l'Ouest, le 25 janvier après une nouvelle rupture de cessez-le-feu par les combattants opposés à Bachar el-Assad. Depuis, les troupes syriennes ont repris le contrôle de plus de 50% du territoire de la zone d'Idleb et libéré les quartiers sud et ouest d'Alep. Une route stratégique reliant Damas et Alep, avec ses centres industriels, a également été reprise des rebelles.

Auteur: RT France

La ville d'Alep avait été libérée en 2016 lors d'une opération conjointe des forces syriennes et russes, mais des groupes djihadistes s'étaient repliés dans la périphérie et les villages voisins, qu'ils utilisaient comme base pour frapper Alep.

La Turquie appelle à cesser l'offensive syrienne sur Idleb

Ce succès militaire stratégique intervient dans un contexte régional particulièrement tendu entre Damas et Ankara, qui a viré à l'affrontement ces derniers jours. Le 15 février, le ministre turc des Affaires étrangères Mevlut Cavusoglu avait demandé à son homologue russe Sergueï Lavrov que Damas cesse son offensive de reconquête dans la région d'Idleb, autre point de repli des groupes terroristes.  

«Les attaques sur Idleb doivent cesser et il est nécessaire d'établir un ultime cessez-le-feu qui ne devra pas être violé», a ainsi déclaré le ministre turc à des journalistes en marge de la Conférence sur la Sécurité de Munich, durant laquelle il a rencontré Sergueï Lavrov.

Une délégation turque doit se rendre à Moscou ce 17 février, après une visite de responsables russes la semaine dernière.

Lire aussi : «Inacceptable»: Moscou critique les «commentaires provocateurs» d'un allié d'Erdogan sur la Syrie

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»