Trump autorise l'armée américaine à utiliser «des mines antipersonnel avancées et non permanentes»

- Avec AFP

Trump autorise l'armée américaine à utiliser «des mines antipersonnel avancées et non permanentes»© Zach Gibson / GETTY IMAGES NORTH AMERICA Source: AFP
Le secrétaire américain à la Défense, Mark Esper, prend la parole lors d'une conférence de presse bilatérale avec le ministre française de la Défense Florence Parly au Pentagone le 27 janvier 2020 à Arlington, en Virginie aux Etats-Unis (image d'illustration).
Suivez RT France surTelegram

Le président américain Donald Trump vient de revenir, le 31 janvier, sur la décision de Barack Obama de se plier partiellement au traité d'interdiction des mines antipersonnel d'Ottawa de 1997, autorisant désormais l'utilisation des mines «avancées».

Le président des Etats-Unis, Donald Trump, a levé ce 31 janvier les restrictions imposées depuis 2014 à l'armée américaine sur l'usage de mines antipersonnel, autorisant dorénavant l'utilisation d'une nouvelle génération de ces engins supposés capables d'épargner les populations civiles.

«Cette nouvelle politique autorisera le commandement militaire à utiliser, dans des circonstances exceptionnelles, des mines antipersonnel avancées et non permanentes spécifiquement conçues pour réduire les blessures infligées aux civils et aux forces partenaires», a indiqué dans un communiqué la Maison Blanche.

Donald Trump revient ainsi sur la décision de son prédécesseur Barack Obama de se plier partiellement au traité d'interdiction des mines antipersonnel d'Ottawa de 1997, ratifié par 164 Etats dans le monde. Celui-ci interdit l'utilisation, le stockage, la production ou le transfert de mines antipersonnel, ces mines enterrées qui explosent lorsqu'on marche dessus.

Les Etats-Unis ne sont pas signataires de cette convention et n'ont pas utilisé ce genre de mines depuis 1991 à une seule exception : en Afghanistan en 2002. Par ailleurs, Barack Obama avait décidé de s'en rapprocher sensiblement en interdisant l'usage des mines antipersonnel sauf sur la péninsule coréenne, où l'armée américaine se réservait le droit d'en placer.

«Le ministère de la Défense a déterminé que les restrictions imposées aux forces américaines par l'administration Obama pouvaient gravement les désavantager pendant un conflit», précise le communiqué de la Maison Blanche. Et de continuer : «Le président refuse ce risque pour nos troupes.»

Les mines antipersonnel, un «outil important» pour «assurer le succès de leur mission»

Le secrétaire à la Défense des Etats-Unis, Mark Esper, s'est félicité de cette nouvelle politique qui laisse désormais le soin aux militaires de décider s'ils veulent utiliser plus largement ces mines partout dans le monde.

«Les mines antipersonnel sont un outil important que nos forces doivent avoir à leur disposition pour assurer le succès de leur mission», a-t-il déclaré à la presse le 31 janvier, en compagnie du ministre italien de la Défense, Lorenzo Guerini.

Avec ces mines équipées de nouvelles technologies, «je pense que vous serez convaincus que nous avons accordé beaucoup de considération à la façon dont elles seront employées et à ce qui leur arrivera après un conflit», a ajouté le secrétaire à la Défense des Etats-Unis.

Les nouvelles mines «avancées» que l'armée américaine pourra désormais utiliser partout dans le monde sont activables à distance et supposées s'autodétruire si elles ne sont pas activées après un certain délai.

Le délai prévu pour l'autodestruction est de 30 jours, mais il peut être réduit à 48 heures, voire deux heures si nécessaire, a assuré à la presse le responsable du Pentagone chargé de l'élaboration de cette réforme, Vic Mercado. Selon lui, il n'y a que six chances sur un million que le système d'autodestruction ne fonctionne pas.

Lire aussi : Les Etats-Unis se retirent officiellement du traité de désarmement INF

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram

En cliquant sur "Tout Accepter" vous consentez au traitement par RT France de certaines données personnelles stockées sur votre terminal (telles que les adresses IP, les données de navigation, les données d'utilisation ou de géolocalisation ou bien encore les interactions avec les réseaux sociaux ainsi que les données nécessaires pour pouvoir utiliser les espaces commentaires de notre service).

En cliquant sur "Tout Refuser", seuls les cookies/traceurs techniques (strictement limités au fonctionnement du site ou à la mesure d’audiences) seront déposés et lus sur votre terminal. "Tout Refuser" ne vous permet pas d’activer l’option commentaires de nos services.

Pour activer l’option vous permettant de laisser des commentaires sur notre service, veuillez accepter le dépôt des cookies/traceurs « réseaux sociaux », soit en cliquant sur « Tout accepter », soit via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Vous pouvez modifier vos choix via la rubrique «Paramétrer vos choix».

OK

RT France utilise des cookies pour exploiter et améliorer ses services.

Vous pouvez exprimer vos choix en cliquant sur «Tout accepter», «Tout refuser» , et/ou les modifier à tout moment via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Pour en savoir plus sur vos droits et nos pratiques en matière de cookies, consultez notre «Politique de Confidentialité»

Tout AccepterTout refuserParamétrer vos choix