Des services de renseignements auraient identifié le nouveau chef de Daesh

- Avec AFP

Des services de renseignements auraient identifié le nouveau chef de Daesh© Ahmad al-Rubaye Source: AFP
Un drapeau du groupe terroriste Daesh sur un mur en Irak (image d'illustration).

Le quotidien britannique The Guardian, se basant sur les informations de deux services de renseignement qu'il ne précise pas, rapporte que le groupe terroriste Daesh désigné comme nouveau leader l'un de ses fondateurs.

L'un des fondateurs et principaux idéologues du groupe djihadiste Daesh a été identifié par plusieurs services de renseignement comme le successeur d'Abou Bakr al-Baghdadi à la tête de l'organisation, a indiqué le 20 janvier le quotidien britannique The Guardian.

Peu après la mort d'Abou Bakr al-Baghdadi dans une opération américaine, le 27 octobre dernier en Syrie, Daesh avait désigné Abou Ibrahim al-Hachemi al-Qourachi comme nouveau «calife des musulmans». Mais ce-dernier était inconnu des analystes, certains doutant même de son existence – un haut responsable américain le qualifiant de «parfait inconnu».

Selon The Guardian, qui cite des responsables de deux services de renseignement non précisés, l'organisation terroriste est désormais dirigée par Amir Mohamad Abdel Rahmane al-Maoula al-Salbi, l'un des fondateurs du groupe, «considéré comme l'un de ses idéologues».

Originaire d'une famille de la minorité turkmène d'Irak, c'est l'un des rares non-Arabes dans la direction de Daesh. Diplômé de l'université de Mossoul (Irak), il aurait joué un rôle clé dans la persécution des Yézidis, communauté religieuse ancestrale prise pour cible en Irak par les djihadistes.

Amir Mohamad Abdel Rahmane al-Maoula al-Salbi figure depuis août 2019 sur la liste des «terroristes les plus recherchés» par les Etats-Unis, qui offrent jusqu'à cinq millions de dollars pour des informations permettant de le capturer. Il est présenté sur le site ad hoc du département d'Etat américain comme «un successeur potentiel du chef de [Daesh] Abou Bakr al-Baghdadi».

Le président américain Donald Trump a annoncé, le 27 octobre 2019, la mort d'al-Baghdadi lors d'un raid au cours de la nuit précédente, dans le nord-ouest de la Syrie, à quelques kilomètres de la frontière turque. Depuis qu'il s'était autoproclamé, en 2014, «calife» d'un territoire qui a compté jusqu'à sept millions d'habitants, à cheval entre l'Irak et la Syrie, Abou Bakr al-Baghdadi était devenu l'homme le plus recherché du monde.

Lire aussi : La Turquie annonce renvoyer dans leur pays les soldats étrangers de Daesh à partir du 11 novembre

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»