Daesh est en train de commettre un «génocide» contre les Yézidis rapporte l'ONU

Des crânes appartenant probablement à des Yézidis © Stringer Source: Reuters
Des crânes appartenant probablement à des Yézidis

Le groupe djihadiste Etat islamique (EI) continue à perpétrer un «génocide» contre les Yézidis, une minorité confessionnelle kurde vivant en Irak et en Syrie, a averti le 16 juin la commission d'enquête de l'ONU sur les droits de l'Homme en Syrie.

«Le génocide des Yézidis est en cours» ont écrit les enquêteurs indépendants dans un rapport des Nations unies, qui presse les grandes puissances à sauver au moins les 3 200 femmes et enfants toujours détenus par l'Etat islamique, ainsi qu'à assigner les responsables en justice devant la cour pénale internationale.

Le groupe djihadiste Etat islamique continue à perpétrer un «génocide» contre les Yézidis, une minorité kurde présente en Irak et en Syrie, a prévenu le 16 juin la commission d'enquête de l'ONU sur les droits de l'Homme en Syrie.

Le «génocide [...] est en cours», a indiqué le président de cette commission, le brésilien Paulo Pinheiro, dans un communiqué appelant le Conseil de sécurité des Nations unies à saisir la Cour pénale internationale et à prendre des mesures pour protéger cette population. Daesh «soumet chaque femme, enfant et homme yazidis qu'il capture aux atrocités les plus horribles», a-t-il ajouté.

Dans un rapport publié le 16 juin, la commission, mandatée par le Conseil des droits de l'Homme de l'ONU, indique qu'en Syrie «des milliers de femmes et de filles sont toujours prisonnières et victimes d'abus» et sont souvent soumises à l'esclavage.

Environ 3 200 Yézidis sont dans les mains de l'EI, la majorité en Syrie, selon les enquêteurs. Les femmes sont entretenues comme esclaves sexuelles, tandis que les garçons sont endoctrinés et utilisés dans les combats.

L'EI «continue de chercher à détruire les Yézidis de multiples façons», estiment les enquêteurs de l'ONU, qui n'ont jamais pu se rendre en Syrie mais qui ont pu obtenir le témoignage de rescapés.

«Les survivants qui ont échappé à leur captivité en Syrie décrivent comment ils ont enduré des viols brutaux, souvent de façon quotidienne, et ont été punis s'ils essayaient de s'enfuir», a expliqué un autre enquêteur de l'ONU, Vivit Muntarbhorn.

La commission dénonce la façon dont «le groupe terroriste a procédé au transfert forcé des Yézidis en Syrie après les attaques menées dans la région du Sinjar (fief des Yézidis) dans le Nord de l'Irak le 3 août 2014».

Regroupés notamment dans le Kurdistan irakien et considérés comme hérétiques par l'EI, les Yézidis forment un groupe ethnique pratiquant une religion monothéiste qui a emprunté certains de ses éléments au christianisme et à l'islam.

Lire aussi : En Irak, les Yézidis sont déterminés à amplifier leur résistance à l'Etat islamique

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Social comments Cackle
Enquêtes spéciales