Poutine pointe du doigt la collusion entre la Pologne et les nazis avant la Seconde Guerre mondiale

Poutine pointe du doigt la collusion entre la Pologne et les nazis avant la Seconde Guerre mondiale© Mikhail Klimentyev Source: Sputnik
Vladimir Poutine devant des militaires russes (image d'illustration).
Suivez RT France surTelegram

Le président russe a alimenté la controverse qui persiste depuis plusieurs années entre son pays et la Pologne sur la question de leurs rapports respectifs avec l'Allemagne nazie dans les années ayant précédé la Seconde Guerre mondiale.

Vladimir Poutine a profité d'une rencontre avec des hauts gradés, le 24 décembre, pour rappeler une nouvelle fois les liens de la Pologne avec l'Allemagne nazie avant la Seconde Guerre mondiale, sujet de controverse récurrent entre les deux pays sur fond de tensions géopolitiques bien actuelles

Déclarant avoir pris connaissance d'archives récupérées en Europe par l'Armée rouge après 1945, Vladimir Poutine a assuré que plusieurs pays, dont la Pologne, étaient en collusion avec le dictateur nazi.

«Ils [les Polonais] ont pratiquement conclu une entente avec Hitler. C'est clair dans les documents d'archives», a affirmé le chef d'Etat, se disant «insulté par la manière dont Hitler et la Pologne ont discuté de la soi-disant question juive».

L'ambassadeur polonais de 1938, «salaud» et «cochon antisémite»

Le président russe assure avoir notamment consulté des documents historiques dans lesquels l'ambassadeur polonais en Allemagne a promis en 1938 d'ériger un «beau monument» à Varsovie au chef de l'Allemagne nazie après que ce dernier a proposé d'«envoyer les Juifs dans des colonies en Afrique».

Cet ambassadeur «s'est complètement solidarisé avec [Adolf] Hitler», a accusé Vladimir Poutine, le qualifiant au passage de «salaud» et de «cochon antisémite».

Il a par ailleurs établi un parallèle avec les décisions des responsables polonais actuels qui «font démolir les monuments aux soldats de l'Armée rouge», autrefois célébrés comme les libérateurs de leur pays mais déboulonnés à la chaîne ces dernières années en Pologne.

La Russie et la Pologne ont multiplié ces derniers jours les accusations à caractère historique. La diplomatie russe a fustigé la «rhétorique agressive» de Varsovie, tandis que la diplomatie polonaise a exprimé son «inquiétude», accusant les responsables russes de «présenter une fausse image des événements».

Deux versions de l'Histoire

Les deux pays – dont les relations sont exécrables – utilisent souvent l'Histoire pour régler leurs contentieux actuels. Ainsi la Russie, de même que la Serbie, s'est vue bannie en septembre dernier des commémorations des 80 ans de l'invasion de la Pologne par l'Allemagne nazie. Le président nationaliste polonais, Andrzej Duda, avait fait référence au cours de son discours au retour en Europe «des tendances impérialistes, des tentatives de modifier les frontières par la force, d'attaques contre des Etats, de saisie de terres, de soumission de citoyens», sans nommer directement la Russie. 

En 2009, à l'occasion des commémorations des 70 ans de l'invasion Allemande de la Pologne, la Russie avait rendu publiques des archives soviétiques de 1937 dépeignant une Pologne alors très hostile envers l'URSS, et ne considérant pas l'Allemagne nazie comme une menace. 

De son côté, la Pologne ne manque pas de renvoyer Allemagne nazie et Union soviétique dos à dos dans la responsabilité du déclenchement de la Seconde Guerre mondiale, le pacte germano-soviétique de 1939 ayant «scellé» selon elle le partage de l'Europe orientale en zones d'influence des deux régimes totalitaires. Varsovie estime à 566 000 le nombre de victimes polonaises de la répression soviétique.

On peut jeter l'anathème sur le stalinisme [...] Mais mettre l'URSS et l'Allemagne fasciste sur le même plan ?

Vladimir Poutine a par ailleurs vivement dénoncé à plusieurs reprises une récente résolution du Parlement de Strasbourg sur la «mémoire européenne», adoptée en septembre, qui met sur un pied d'égalité communisme et nazisme. 

«On peut jeter l'anathème sur le stalinisme [...] Mais mettre l'URSS et l'Allemagne fasciste sur le même plan ?», s'est-il notamment indigné lors de sa conférence de presse annuelle, non sans rappeler au passage que la France et la Grande-Bretagne «ont signé un accord [de Munich en 1938] avec Hitler sur le partage de la Tchécoslovaquie», auquel la Pologne [qui a annexé la région de Zaolzie à l'issue de l'accord], a participé. 

Le ministère polonais des Affaires étrangères a de son côté accusé dans un communiqué le 21 décembre la Russie de «renouer avec la propagande stalinienne», et de «gaspiller l'effort commun des experts polonais et russes, et l'acquis de ses prédécesseurs, Mikhaïl Gorbatchev et Boris Eltsine» en matière de réconciliation entre les deux pays.

La Russie dénonce depuis de nombreuses années ce qu'elle considère comme l'oubli, du côté des pays occidentaux, des gigantesques sacrifices consentis par l'URSS jusqu'en 1945 pour vaincre le nazisme, avec notamment les 27 millions de Soviétiques morts pendant la Deuxième Guerre mondiale.

Lire aussi : Exclue des commémorations de la guerre en Pologne, la Russie rappelle que l'URSS a vaincu le nazisme

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram
En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»