Nord Stream 2 : la Pologne veut infliger 40 millions d’euros d’amende à Engie

Nord Stream 2 : la Pologne veut infliger 40 millions d’euros d’amende à Engie Source: Reuters
Le logo de l'entreprise énergétique française Engie sur la tour de son siège dans le quartier d’affaires de La Défense près de Paris, le 12 octobre 2019 (illustration)

Varsovie s’essaie à l’extraterritorialité judiciaire à l’américaine en sanctionnant Engie (ex-Gaz de France) pour sa participation au projet du gazoduc Nord Stream 2. Engie a annoncé faire appel.

L’organisme anti-monopole polonais UOKiK a annoncé, le 8 novembre sur son site web, avoir infligé une amende de 170 millions de zlotys (40 millions d’euros) au français Engie, une des cinq sociétés européennes participant au financement du gazoduc Nord Stream 2.

L’UOKiK explique qu’Engie a «obstinément et de manière injustifiée» refusé de lui fournir des documents et des informations sur ses accords signés avec Gazprom, ce qui a «considérablement retardé [ses] actions concernant le financement de Nord Stream 2». «Nous menons une procédure antitrust très importante concernant l’affaire Nord Stream 2, dont les effets peuvent revêtir un caractère international. […] La punition décidée d'aujourd'hui n'est que l'une des étapes de cette procédure», a ajouté Marek Niechcial, président de l’UOKiK.

Dans un communiqué de presse, l’organisme polonais détaille les sanctions ultérieures qu’il pourrait décider à l’encontre de Nord Stream 2 et des entreprises partenaires, évoquant «une amende montant jusqu’à 10% du chiffre d’affaires annuel de la co-entreprise fondée sans son autorisation». Dans certains cas, selon le communiqué de l’UOKIK, les sanctions peuvent aller jusqu’à la saisie de «tout ou partie des biens de l’entrepreneur», ainsi qu’à des actions «assurant le contrôle de l'entreprise et sa liquidation». 

En écho à la diplomatie américaine

L'annonce de l'organisme polonais a coïncidé avec des propos très durs contre la Russie et indirectement contre Nord Stream 2 prononcés le même jour à Berlin par Mike Pompeo. Le chef de la diplomatie américaine avait notamment déclaré : «Nous ne voulons pas que l'approvisionnement énergétique de l'Europe dépende [du président russe] Vladimir Poutine.»

En avril 2018, l’UOKiK a engagé une procédure antitrust contre six entreprises auxquelles il reproche de maintenir leur participation au projet Nord Stream 2 sans son approbation. Il s'agit du leader du projet, le russe Gazprom, du français Engie, des allemands Uniper et Wintershall, de l’anglo-néerlandais Shell et de l’autrichien OMV. Contacté par téléphone, Engie renvoie à sa déclaration reprise par Reuters et Bloomberg : «Nous contestons le fondement juridique de la décision et nous ferons appel.»

Le projet de gazoduc Nord Stream 2 devrait doubler la capacité actuelle (55 milliards de mètres cubes de gaz/an) du pipeline Nord Stream entré en service en 2011 et qui relie l’Allemagne à la Russie en passant par le fond de la mer Baltique.

Menacé à de nombreuses reprises par les Etats-Unis de sanctions extraterritoriales visant le projet et les entreprises européennes qui y participent, le consortium Nord Stream 2 semble toutefois en passe de réussir son pari d’une entrée en service en 2020. Sa construction est achevée à plus de 75% et en octobre, le Danemark, qui bloquait la construction du tronçon passant par ses eaux territoriales, a finalement donné son feu vert.

Lire aussi : Face à la guerre économique américaine le gouvernement français veut muscler la législation

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»