Algérie : investi président, Abdelmadjid Tebboune annonce une révision de la Constitution

Algérie : investi président, Abdelmadjid Tebboune annonce une révision de la Constitution© RYAD KRAMDI Source: AFP
Abdelmadjid Tebboune prononce son premier discours en tant que président de la République algérienne, le 19 décembre 2019.

Dans son premier discours en tant que chef d'Etat, Abdelmadjid Tebboune a annoncé qu'il procéderait à une révision de la Constitution algérienne et appelé, dans la foulée, au dialogue avec le Hirak, le mouvement de protestation populaire.

Abdelmadjid Tebboune, vainqueur de la présidentielle algérienne du 12 décembre, a prêté serment ce 19 septembre. Dans son premier discours en tant que chef d'Etat, il a notamment annoncé qu'il réviserait la Constitution.

A ce titre, il a assuré que la nouvelle mouture consoliderait le principe de la limitation de la durée du mandat présidentiel (un mandat de cinq ans une fois renouvelable) et restreindrait les prérogatives du chef de l'Etat. Une nouvelle loi électorale devrait également être mise en place afin de moraliser la vie politique.

Je suis prêt à coopérer avec l’ensemble des parties pour répondre aux revendications de notre peuple

Il a en outre plaidé pour l'instauration d'un dialogue avec le Hirak, le mouvement de contestation populaire algérien : «Je suis prêt à coopérer avec l’ensemble des parties pour répondre aux revendications de notre peuple.», a-t-il lancé devant l’assistance tout en appelant à mettre fin aux «dissensions et [aux] conflits». Des mesures qu'il avait déjà évoquées au lendemain de sa victoire

L'élection Abdelmadjid Tebboune au premier tour (58,13%) d'un scrutin très largement boycotté, n'a pas apaisé la colère de la rue qui réclame une rupture avec le système. Aux cris de «les élections sont truquées, il n'y a pas de légitimité, la marche va se poursuivre», des milliers de manifestants ont défilé le 17 décembre dans plusieurs villes du pays, cinq jours après la tenue de l'élection présidentielle. 

S'il respecte la tradition, le chef de l'Etat algérien devrait annoncer, quelques heures après son investiture, le nom du Premier ministre chargé de former le gouvernement dont la rude tâche sera de mettre fin à un climat de défiance d'une importante partie de l'opinion vis-à-vis des responsables politiques. 

Lire aussi : Emmanuel Macron a appelé le nouveau président algérien, Abdelmadjid Tebboune

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»