Argentine : fraîchement élu président, Fernandez fait passer des oraux à ses étudiants à la fac

- Avec AFP

Argentine : fraîchement élu président, Fernandez fait passer des oraux à ses étudiants à la fac© Agustin Marcarian Source: Reuters
Le président argentin Alberto Fernandez à l'Université de Buenos Aires, Argentine, le 13 décembre 2019.

C'est peu banal : le nouveau chef de l'Etat argentin s'est rendu, trois jours après son investiture, à l'Université de Buenos Aires où il enseigne depuis 30 ans, pour faire passer les oraux à ses étudiants.

Tout juste élu président, le péroniste Alberto Fernandez n'a pas l'intention de se soustraire à ses obligations : trois jours après sa prise de fonctions, le chef d'Etat a passé sa matinée du 13 décembre à faire passer des oraux de droit pénal aux étudiants de l'Université de Buenos Aires (UBA), établissement où il enseigne depuis 30 ans.

«Je n'ai pas voulu renoncer aujourd'hui à venir à la Faculté de droit de l'UBA pour faire passer les examens de fin d'année à mes étudiants et étudiantes de droit pénal. L'éducation publique gratuite est l'une de nos valeurs les plus importantes. Nous allons la défendre par l'exemple et avec les moyens qu'elle mérite», a-t-il expliqué sur son compte Twitter.

«Nous le voyons comme un professeur, pas comme le président», a commenté une des étudiantes, Analia Heredia, sur la chaîne de télévision TN. «Il connaît chacun de nous par son prénom et nous partageons un groupe WhatsApp avec lui. Il est très humble et reste le même. Mais comme professeur, il est très exigeant. Il a recalé ceux qui ne savaient rien et les a renvoyés à leurs études», a-t-elle raconté.

Alberto Fernandez a ainsi fait passer des oraux pendant environ deux heures et demie avant de rentrer à la Casa Rosada, le siège de la présidence, où il avait rendez-vous avec le dirigeant de Google Philipp Schindler.

Péroniste, allié de l'ancienne présidente Cristina Kirchner (2007-2015), ce centriste de gauche et avocat de 60 ans, a succédé le 10 décembre au libéral Mauricio Macri à la présidence de l'Argentine pour un mandat de quatre ans, après avoir été élu avec 47,99% des voix à la présidentielle de 27 octobre.

Il a annoncé vouloir en finir avec l'austérité. En effet, le président sortant a achevé son mandat au milieu de la pire crise économique que l'Argentine ait vécue depuis 2001. En récession depuis plus d'un an, le pays connaît une inflation élevée (37,7% en septembre), une dette massive et un taux de pauvreté en hausse qui touche un tiers de la population.

Lire aussi : L’ECHIQUIER MONDIAL. Les péronistes peuvent-ils sauver l’Argentine ?

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»