Bolivie : les sénateurs considèrent caduque la présidentielle remportée par Evo Morales

Bolivie : les sénateurs considèrent caduque la présidentielle remportée par Evo Morales© JORGE BERNAL Source: AFP
Les sénateurs boliviens votent en faveur d'un projet de loi relatif à l'organisation de nouvelles élections légilative et présidentielle, le 23 novembre 2019.

Un texte de loi prévoyant la tenue de nouvelles élections présidentielle et législative a été adopté ce 23 novembre par les sénateurs boliviens. Il prévoit également l’invalidation des résultats du scrutin remporté par l'ancien chef d'Etat bolivien.

Ce 23 novembre, le Sénat bolivien a annoncé l’adoption «à l’unanimité» d’un projet de loi relatif à l’organisation de nouvelles élections présidentielle et législatives censée tourner la page d’une période de transition mouvementée et conduite par l'autoproclamée présidente par intérim, la très contestée Jeanine Anez. «Les élections [générales] tenues le 20 octobre sont sans effet juridique et donnent lieu à de nouveaux votes pour l'élection de nouveaux dirigeants», peut-on lire dans le communiqué de la chambre haute du Parlement. 

Le texte dispose également que le mandat ne peut être renouvelé qu'une fois consécutivement et ferme ainsi la porte à une participation de l’ancien président Evo Morales, qui a déjà effectué trois mandats. Le propre parti de l’ancien président socialiste, MAS (Mouvement vers le socialisme), majoritaire au Parlement, a voté en faveur du texte. Pour qu'il ait force de loi, il devra recevoir le feu vert des députés et être promulgué par Jeanine Anez. 

Dénonçant un «coup d'Etat civil-politique-militaire» avec le concours de groupes violents, Evo Morales a présenté sa démission de la présidence le 10 novembre. Le président socialiste, dont la réélection était contestée par l'opposition qui criait à la «fraude», avait d'abord proposé, en vain, de nouvelles élections pour sortir de la crise et lever les doutes. Toutefois, lâché par l'armée et la police, il a finalement expliqué lors d'une allocution télévisée avoir décidé de démissionner «pour que [les opposants d'alors] Carlos Mesa et Luis Camacho cessent de maltraiter et de porter atteinte à des milliers de frères» boliviens. 

Depuis le départ d'Evo Morales, ses partisans se réunissent quotidiennement dans la capitale, La Paz, mais aussi à travers tout le pays comme à Cochabamba, sa ville d’origine, pour exiger le départ de Jeanine Anez, qui s’est autoproclamée présidente par intérim le 12 novembre. Des heurts ont plusieurs fois éclaté lors de ces rassemblements et au moins 32 personnes ont trouvé la mort depuis le début des événements.

Le ministre de l'Intérieur Arturo Murillo a annoncé le 22 novembre avoir déposé plainte contre Evo Morales pour «sédition et terrorisme», affirmant qu'il a appelé depuis le Mexique ses partisans à «encercler» les villes pour accentuer les blocages.

Lire aussi : Bolivie : Vladimir Poutine met en garde contre un scénario libyen

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»