Le Ghana retire sa reconnaissance diplomatique du Kosovo

Le Ghana retire sa reconnaissance diplomatique du Kosovo Source: Reuters
La ville de Mitrovica, au Kosovo, pavoisée aux couleurs serbes (image d'illustration).

Le pays d'Afrique de l'Ouest a annoncé sa décision par l'intermédiaire de son ministère des Affaires étrangères. Il devient ainsi le seizième Etat à retirer sa reconnaissance officielle du Kosovo.

Le ministère des Affaires étrangères du Ghana vient d'annoncer qu'il retirait sa reconnaissance diplomatique du Kosovo. «Le gouvernement du Ghana a décidé de ne plus reconnaître le Kosovo comme un Etat indépendant», a déclaré à l'AFP le vice-ministre ghanéen des Affaires étrangères Charles Owiredu. La décision a été notifiée à la Serbie de manière officielle par courrier.

Le Ghana avait reconnu l'indépendance du Kosovo en 2012. Dans sa lettre envoyée à la Serbie, le gouvernement considère que cette décision était «prématurée» et qu'elle représentait une «violation» de la résolution 1244 du Conseil de sécurité de l'ONU.

Le Kosovo, une reconnaissance qui fait débat

Adoptée en 1999, cette résolution place le Kosovo sous mandat international, tout en affirmant son appartenance à la République fédérale de Yougoslavie. Bernard Kouchner sera ainsi nommé gouverneur du Kosovo.

Mais la province proclame unilatéralement son indépendance en 2008. Celle-ci est alors reconnue par les Etats-Unis et par la plupart des pays de l'Union européenne. Aujourd'hui encore, seuls 97 Etats membres de l'ONU sur 197 reconnaissent le Kosovo. Outre la Serbie, on ne compte parmi eux ni la Russie, ni la Chine, membres permanents du Conseil de sécurité. Le Kosovo se voit donc refuser toute représentation à l'ONU.

Le ministère serbe des Affaires étrangères a salué la «décision importante» du Ghana, qui devient ainsi le seizième Etat à retirer au Kosovo sa reconnaissance. «C'est le résultat d'une politique que nous menons depuis plusieurs années», a déclaré Ivica Dacic, chef de la diplomatie serbe, estimant que cette décision allait «certainement inciter d'autres pays» à faire de même.

Mathew Palmer, émissaire de Washington pour les Balkans, a de son côté condamné «les efforts» serbes destinés à délégitimer le Kosovo. Selon lui, la «campagne visant à inciter des pays à retirer leur reconnaissance du Kosovo et à bloquer l'adhésion du Kosovo aux organisations internationales doit cesser».

Petit pays des Balkans à majorité albanaise et musulmane, le Kosovo a arraché son indépendance à la Serbie en 1999, au prix d'une guerre sanglante et d'une intervention militaire de l'OTAN. Entre filières djihadistes, trafic d'armes, trafic d'êtres humains, trafic d'héroïne, trafic d'organes, corruption et tensions interreligieuses, le Kosovo est souvent présenté comme un Etat failli.

Lire aussi : Kosovo, l'opposition nationaliste de gauche en tête des élections législatives

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»