Algérie : la rue rejette l'élection à la veille de la clôture des dossiers pour la présidentielle

Algérie : la rue rejette l'élection à la veille de la clôture des dossiers pour la présidentielle© AFP Source: AFP
Manifestation contre le pouvoir en place à Alger, en Algérie, le 15 octobre 2019 (image d'illustration).

La clôture du dépôt de candidature pour l'élection présidentielle prévue le 12 décembre intervient le 26 octobre. D'anciens ministres et Premiers ministres de Bouteflika se sont présentés mais la rue ne veut pas en entendre parler.

Les Algériens manifestent ce 25 octobre pour le 36e vendredi consécutif depuis le 22 février.

Cette nouvelle mobilisation qui réunit comme chaque semaine des milliers de personnes depuis huit mois intervient alors que le délai de dépôt des dossiers de candidature pour l’élection présidentielle prévue le 12 décembre expire le 26 octobre à minuit.

Une douzaine de candidature ont d'ores et déjà été annoncées. Parmi les personnalités connues du grand public : Azzedine Mihoubi et Abdelkader Bengrina ont en commun d’avoir été ministres d'Abdelaziz Bouteflika. Ali Benflis a, lui, été Premier ministre de 2000 à 2003 sous l'ancien président avant d'en devenir l'opposant. Abdelmadjid Tebboune a également été ancien Premier ministre mais durant seulement trois mois avant d'être remercié après avoir tenté d'agir contre la corruption.

Si l'élection est maintenue malgré la pression de la rue, Benflis, Mihoubi et Tebboune apparaissent comme les principaux protagonistes du scrutin.

Les candidats se sont manifestés auprès de l’Autorité nationale indépendante des élections (Anie) pour déposer leur dossier de candidature. Après étude de leur dossier, la liste définitive des personnalités retenues pour la présidentielle sera rendue publique au plus tard dans les sept jours à compter du 27 octobre.

Selon les informations du journal Liberté, l’Algérie n’a envoyé aucune invitation à des entités ou à des organismes internationaux pour venir superviser le scrutin, mais si un candidat fait une requête dans ce sens, les membres de l’Autorité examineront cette possibilité.

D'ici là, les rues du pays et particulièrement de la capitale Alger ne désemplissent pas chaque vendredi pour rejeter en bloc tout compromis avec ce qu'ils appellent «le gang», à savoir toutes les personnes liées de près ou de loin avec l'ancien système de Bouteflika. 

Lire aussi : Algérie : les candidats déclarés à la présidentielle dans le collimateur de la rue

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»