Algérie : la principale formation islamiste refuse de participer à l'élection présidentielle

Algérie : la principale formation islamiste refuse de participer à l'élection présidentielle© RYAD KRAMDI Source: AFP
Abderrazak Makri, secrétaire général du Mouvement de la société pour la paix (MSP), prend la parole lors d'une conférence de presse à Alger, le 6 mai 2017.

Le Mouvement de la société pour la paix (MSP), parti politique algérien d’obédience islamiste, a estimé, le 29 septembre, que les conditions pour la tenue d'un scrutin présidentiel transparent n'étaient pas réunies.

L'élection présidentielle algérienne prévue le 12 décembre ne verra pas la participation de la principale formation islamiste, le Mouvement de la société pour la paix (MSP). Selon un responsable du parti cité par le site d’information TSA, cette décision a été prise par le Conseil consultatif du mouvement dans la soirée du 28 septembre.

«Le MSP a décidé de ne pas déposer de candidature à la présidentielle de décembre 2019», a ainsi déclaré, le 29 septembre, le chargé de communication du parti, Bouabdallah Benadjimia, avant d'expliquer que «les préalables requis, notamment la transparence de l'élection, la satisfaction des revendications du Hirak [le mouvement de contestation qui secoue le pays] ne sont pas réunis». Se définissant comme modéré, le MSP a pris part pendant près d’une décennie à la coalition gouvernementale qui soutenait l’ancien président Abdelaziz Bouteflika, avant de rompre en 2012.

Cette annonce intervient alors que le pays est toujours secoué par un mouvement de contestation inédit. Par milliers, les contestataires ont exprimé lors des dernières manifestations bihebdomadaires du mardi et du vendredi leur refus de participer à un scrutin avant le départ des représentants du «système» qu’incarnent selon eux les très contestés Abdelkader Bensalah et Gaïd Salah, respectivement président par intérim et chef de l’armée.

Pour ces derniers, cette échéance constitue au contraire l’unique solution pour sortir de la crise actuelle. Une position que partagent les deux anciens Premier ministres Ali Benflis, principal adversaire d’Abdelaziz Bouteflika en 2004 et 2014 – dont il a été le Premier ministre entre 2000 et 2003 – et Abdelmadjid Tebboune, remercié trois mois après sa nomination en mai 2017. Ceux-ci se sont attirés les foudres de nombreux manifestants qui voient en eux des anciens représentants dénués de toute légitimité. 

Lire aussi : Algérie : contre les récentes annonces, des dizaines de milliers de manifestants dans les rues

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»