Macron veut une «haute autorité de la vie publique» européenne après le camouflet Goulard

Macron veut une «haute autorité de la vie publique» européenne après le camouflet Goulard© John Thys Source: AFP
Emmanuel Macron, le 18 octobre 2019, à l’issue d'un sommet européen, à Bruxelles.

A l'issue du sommet européen, le président français s'est déclaré favorable à la création d'une «haute autorité de la vie publique» européenne. Un moyen pour lui d'évacuer le revers subi quelques jours plus tôt sur la nomination de Sylvie Goulard.

S’exprimant le 18 octobre à Bruxelles à l’issue d'un sommet européen, Emmanuel Macron s'est dit favorable à la création d’une «haute autorité de la transparence de la vie publique» au sein même de l’Union européenne (UE), après le rejet par les eurodéputés de la candidature de Sylvie Goulard au poste de commissaire responsable du marché intérieur, de l’industrie, du numérique, de la défense et de l’espace, le 10 octobre dernier.

Le locataire de l’Elysée a réagi, mettant en lumière ce qu’il considère être un «dysfonctionnement» mais plus encore une «crise politique» au sein même de l’UE. «Si on politise ce processus, on va le détruire», a ajouté celui qui doit soumettre de nouveaux noms à la présidente élue de la Commission Ursula von der Leyen.

«Certains ont proposé, je soutiens cette proposition, une haute autorité de la transparence de la vie publique européenne», a-t-il affirmé, précisant que celle-ci devrait être «indépendante» et «pas politisée».

«Il y a eu des règlements de compte politiques entre les familles au Parlement», s’est-il encore désolé, alors qu’il a rencontré, dans la matinée du 18 octobre, Ursula von der Leyen ainsi que des chefs d’Etat et de gouvernement représentant les trois grands courants politiques européens.

Emmanuel Macron a en outre estimé que les «vulnérabilités» de l’ancienne ministre des Armées avaient «été utilisées à des fins politiques».

Le 10 octobre, les députés européens avaient recalé Sylvie Goulard du poste de commissaire européen en raison de «doutes» sur l’intégrité de la candidate. Elle avait notamment dû s’expliquer sur sa démission, en juin 2017, de son poste de ministre des Armées après sa mise en cause dans une enquête judiciaire en France sur des emplois présumés fictifs d'assistants des eurodéputés du Mouvement démocrate (MoDem).

Par ailleurs, des interrogations avaient également été émises sur ses activités ayant justifié d'importantes rémunérations obtenues entre 2013 et 2016 de l'institut Berggruen, un think tank fondé par le milliardaire germano-américain Nicolas Berggruen, alors qu'elle était députée européenne. En tant que consultante, elle aurait ainsi touché plus de 10 000 euros mensuels entre octobre 2013 et janvier 2016.

Lire aussi : «On va la flinguer lors du vote» : la gaffe du PPE après l'éviction de Sylvie Goulard

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»