Chirac, Poutine et Schröder : le trio européen des années 2000

Chirac, Poutine et Schröder : le trio européen des années 2000© Sergei Karpukhin Source: Reuters
Le président français Jacques Chirac, le chef d'Etat russe Vladimir Poutine et le chancelier allemand Gerhard Schröder discutent lors d'une promenade dans la résidence présidentielle russe à Sotchi, le 31 août 2004.

Ils incarnaient une époque qui semble aujourd’hui bien lointaine : dans le début des années 2000, Jacques Chirac, Vladimir Poutine et Gerhard Schröder affichaient une complicité et revendiquaient une coopération fructueuse entre leurs pays.

Une trentaine de chefs d'Etat et de gouvernement étrangers ont annoncé leur venue le 30 septembre à Paris, pour rendre hommage à l'ancien président de la République Jacques Chirac, décédé le 26 septembre.

Parmi eux, le président russe Vladimir Poutine et l'ex-chancelier allemand Gerhard Schröder, qui ont dirigé leur pays respectif dans la première partie des années 2000, en même temps que le défunt chef d'Etat. Les trois hommes présentaient, devant la presse, une relation des plus cordiales voire complice. Cette apparente proximité pouvait laisser présager d'un rapprochement durable entre la France, l'Allemagne et la Russie. Une perspective bien différente de celle que les trois pays ont connu au cours de ces dernières années, bien qu'Emmanuel Macron ait manifesté, cet été, la volonté d'un rapprochement avec Moscou.

Chirac, Poutine et Schröder : le trio européen des années 2000© Jack Guez Source: AFP
Le président français Jacques Chirac, le président russe Vladimir Poutine et le chancelier allemand Gerhard Schroeder se rencontrent à Saint-Pétersbourg le 11 avril 2003.

Chirac : un «visionnaire» pour Poutine, un «ami» pour Schröder

Le président russe Vladimir Poutine a immédiatement réagi à la mort de Jacques Chirac le 26 septembre. Dans un message de condoléances adressé à Bernadette Chirac, il a salué un dirigeant «sage et visionnaire» dont le nom est lié à «toute une période de l’histoire moderne de la France». «La Russie se souviendra de sa grande contribution personnelle au renforcement de relations amicales entre nos Etats, ainsi qu’à notre coopération bilatérale mutuellement bénéfique», a-t-il également déclaré. 

En juin dernier, le président russe avait déjà fait l'éloge de l'ancien chef d'Etat français. «Le dirigeant qui m’a le plus impressionné était l’ancien président français Jacques Chirac», avait ainsi déclaré Vladimir Poutine lors d'une interview au Financial Times, le 29 juin. Et de le décrire alors comme «un vrai intellectuel, un homme cultivé, un homme riche en savoir tout en étant très intéressant».

Chirac, Poutine et Schröder : le trio européen des années 2000© Patrick Kovarik Source: AFP
Le président russe Vladimir Poutine, entouré du du chancelier allemand Gerhard Schröder et du président français Jacques Chirac, après une réunion à Svetogorsk, en Russie, le 3 juillet 2005.

Pour sa part, Gerhard Schröder, qui fut chancelier de 1998 à 2004, a écrit à la mort de Jacques Chirac : «En tant que chancelier, j’ai eu la chance de travailler avec [Jacques Chirac] pendant sept ans. Il m’a fallu du temps pour déchiffrer cette personne si particulière. Avec lui, on pouvait faire en même temps l’expérience de la distance et de la proximité.» «C'était un homme politique expérimenté, un Européen qui avait le sens de l'histoire, un homme charmant. Cet homme qui était devenu un ami me manquera», a également affirmé Gerhard Schröder, pour qui le geste symbolique le plus fort de Jacques Chirac fut la décision de l'inviter, en tant que chancelier allemand, aux commémorations du débarquement en Normandie en 2004. Une commémoration à laquelle le président français avait d'ailleurs convié son homologue russe.

Les trois dirigeants ont partagé, en outre, leur opposition à l'intervention américaine en Irak.

Chirac, Poutine et Schröder : le trio européen des années 2000© Sergey Ponomarev Source: AFP
Le chancelier allemand Gerhard Schröder, le président russe Vladimir Poutine et le président français Jacques Chirac plaisantent en marchant près de la mer Baltique à Svetogorsk, à environ 40 km de Kaliningrad, en Russie, le 3 juillet 2005.

Au niveau bilatéral, si Jacques Chirac a perpétué – dans une moindre mesure – l'idée de couple de franco-allemand portée avec force par son prédécesseur François Mitterrand, il s'est également présenté comme un dirigeant favorable à l'établissement de bonnes relations avec la Russie. «Jusqu'ici, les meilleures relations [entre la France et la Russie], c'était avec Jacques Chirac», affirmait le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov, en amont de la première rencontre entre Vladimir Poutine et Emmanuel Macron en mai 2017.

Ces bonnes relations sur la scène internationale et la proximité apparente des trois dirigeants, semblaient témoigner, il y a près de deux décennies, de la possibilité d'un dialogue voire d'une entente entre les trois nations européennes.

Lire aussi : Mort de Jacques Chirac : Vladimir Poutine salue un dirigeant «sage et visionnaire»

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»