Macron, Merkel et Johnson accusent l'Iran d'être «responsable» de l'attaque contre l'Arabie saoudite

Macron, Merkel et Johnson accusent l'Iran d'être «responsable» de l'attaque contre l'Arabie saoudite© LUDOVIC MARIN Source: AFP
Emmanuel Macron rencontre la chancelière allemande Angela Merkel et le Premier ministre britannique Boris Johnson au siège de l'ONU à New York, le 23 septembre 2019.

La France, l'Allemagne et le Royaume-Uni ont rejoint les Etats-Unis et l'Arabie saoudite dans leur accusation portée à l'encontre de l'Iran, au sujet des attaques de sites pétroliers saoudiens, qui avaient été revendiquées par les rebelles houthis.

Les ambitions françaises de médiation sur la crise iranienne sont-elles compromises ? Le 23 septembre, le président de la République et les chefs des gouvernements allemand et britannique, ont accusé en chœur l'Iran d'être «responsable» de l'attaque du 14 septembre contre des installations pétrolières saoudiennes. Partant, les trois dirigeants l'ont exhorté à «s'abstenir de toute nouvelle provocation».

«Il est clair pour nous que l’Iran porte la responsabilité de cette attaque. Il n’y a pas d'autre explication plausible», ont déclaré Emmanuel Macron, Angela Merkel et Boris Johnson dans un communiqué commun, à l'issue d'une rencontre à trois en marge de l'Assemblée générale des Nations unies à New York. 

Les trois nations européennes affichent ainsi un front commun avec Washington et Riyad. Les Etats-Unis et l'Arabie saoudite ont, en effet, accusé l'Iran d'être derrière des attaques de drones contre deux importants sites pétroliers saoudiens le 14 septembre, qui ont fait flamber le cours du pétrole. Ces attaques ont été revendiquées par les Houthis, des rebelles yéménites soutenus par Téhéran et pris pour cibles par une coalition arabe menée par l'Arabie saoudite

Le 15 septembre, le porte-parole des Affaires étrangères iraniennes, Abbas Moussavi, avaient balayé les accusations américaines : «Des accusations et remarques aussi stériles et aveugles sont incompréhensibles et insensées», avait-il déclaré, laissant entendre qu'elles avaient pour but de justifier «des actions futures» contre l'Iran.

Cette crise diplomatique s'inscrit dans un contexte de tensions élevées entre l'Iran et les Etats-Unis, depuis que ces derniers se sont retirés en 2018 de l'accord sur le nucléaire iranien de 2015. Washington, qui accuse l'Iran de jouer un rôle déstabilisateur dans la région moyen-orientale et de soutenir le terrorisme, poursuit une politique de «pression maximale» contre Téhéran. 

Lire aussi : Le président iranien Hassan Rohani s'élève contre la militarisation du Moyen-Orient

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»