Le président iranien Hassan Rohani s'élève contre la militarisation du Moyen-Orient

Le président iranien Hassan Rohani s'élève contre la militarisation du Moyen-Orient© AFP PHOTO / HO / IRANIAN PRESIDENCY
Hassan Rohani s'exprime à l'occasion de la parade de la Semaine de la défense sacrée, le 22 septembre 2019.

Alors que les tensions sont au plus haut entre les Etats-Unis et l'Arabie saoudite d'une part, et l'Iran d'autre part, le président de la République islamique a mis en garde contre une militarisation du Moyen-Orient.

Lors d'une déclaration prononcée à l'ouverture d'un défilé militaire à Téhéran, le 22 septembre, le président de la République islamique d'Iran a mis en garde contre une «course aux armements» imminente au Moyen-Orient. Des propos faisant écho aux tensions, au plus haut actuellement, entre l'Iran d'une part, l'Arabie Saoudite et son allié américain d'autre part.

Le chef d'Etat iranien a déclaré, à propos des nations qui manifesteraient des intentions malveillantes à l'encontre de Téhéran : «S'ils [...] cherchent réellement la sécurité dans la région, ils ne doivent pas envoyer d'armes, d'avions de combat [...] dans [celle-ci].» Et d'ajouter que l'Iran ne «tolérera[it] pas que quiconque viole» ses frontières.

Hassan Rohani a également affirmé : «De notre point de vue, la sécurité du golfe Persique vient de l'intérieur. La sécurité du golfe Persique est endogène, la sécurité du détroit d'Ormuz est endogène. Les forces étrangères sont source de problème et d’insécurité pour notre peuple et pour la région.»

L'Iran dénonce la volonté du Pentagone d'envoyer davantage de troupes américaines en Irak tout en vendant à son allié saoudien des armements. Dans le même temps, les Etats-Unis poursuivent leur pression contre l'Iran, qu'ils accusent d'être derrière l'attaque de drones contre des installations pétrolières mi-septembre. Le 20 septembre, les Etats-Unis ont renforcé leurs sanctions contre la Banque centrale iranienne, présentées par le président américain Donald Trump comme «les plus sévères jamais imposées à un pays».

Le secrétaire d'Etat américain, Mike Pompeo avait accusé la Banque centrale iranienne et le fonds national de développement iranien de financer «le terrorisme», à savoir «attaquer d'autres nations et [...] déstabiliser l'économie mondiale a un prix».

C'est dans ce contexte de tensions extrêmes sur le dossier iranien que le débat de l'Assemblée générale de l'ONU doit s'ouvrir, le 24 septembre. L'occasion d'une désescalade entre Washington et Téhéran ? En tout état de cause, selon la journaliste de CNN Christiane Amanpour, le chef de la diplomatie iranienne Mohammad Javad Zarif, a déclaré que Hassan Rohani était disposé à rencontrer son homologue américain à New York, sous certaines conditions.

Lire aussi : Tensions Washington-Téhéran : Macron espère que «quelque chose» se passera à New York (EN CONTINU)

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»