Trump évoque des échanges avec Netanyahou sur un possible «traité de défense mutuelle»

- Avec AFP

Trump évoque des échanges avec Netanyahou sur un possible «traité de défense mutuelle»© Brendan Smialowski Source: AFP
Le président américain Donald Trump et le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahou.

Donald Trump a apporté son soutien à la campagne de réélection du Premier ministre israélien Benjamin Netanyahou, en dévoilant leurs discussions sur un possible traité de défense commune, qu'il espère pouvoir continuer après le scrutin.

A trois jours des élections législatives israélienne, le président américain Donald Trump a annoncé sur Twitter qu'il venait d'échanger par téléphone avec le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahou «sur la possibilité d'avancer vers un traité de défense mutuelle entre les Etats-Unis et Israël, qui cimenterait l'alliance exceptionnelle entre nos deux pays».

«J'attends de pouvoir poursuivre ces discussions après les élections israéliennes, quand nous nous retrouverons [à l'Assemblée générale de l'ONU le 17 septembre]», a ajouté le locataire de la Maison Blanche.

Réagissant sur Twitter aux propos du président américain, le Premier ministre israélien a remercié son «cher ami» Donald Trump. «L'Etat juif n'a jamais eu un plus grand ami dans la Maison Blanche», a tweeté Benjamin Netanyahou. «J'attends avec impatience notre réunion à l'ONU pour faire avancer un Traité de défense historique entre les Etats-Unis et Israël», a-t-il ajouté.

Un projet qui ne devrait pas aboutir prochainement

Selon les médias israéliens, l'idée d'un traité de défense liant formellement les deux pays est en réflexion depuis des mois et ne devrait pas aboutir prochainement.

Les deux pays sont de facto déjà étroitement liés, avec le partage d'informations, des exercices militaires communs et une collaboration entre leurs armées. Un traité pourrait créer de nouvelles obligations, notamment impliquer une intervention automatique des Etats-Unis en cas d'attaque contre Israël.

Benjamin Netanyahou mise sur son expérience diplomatique internationale pour emporter le scrutin de qui s'annonce serré, affichant ainsi sa proximité avec Donald Trump, quelques jours après avoir rendu visite au président russe Vladimir Poutine.

Chef du gouvernement israélien entre 1996 et 1999, puis à nouveau depuis 2009, il a remporté les législatives d'avril, mais, incapable de former une coalition, il a choisi de convoquer de nouvelles élections. 

Pendant sa campagne, il a promis, en cas de victoire, d'annexer à Israël une grande partie de la vallée du Jourdain et la partie nord de la mer Morte, territoires palestiniens occupés par l'Etat hébreu depuis 1967. Cette annonce a provoqué des condamnations en cascade dans plusieurs pays arabes, ainsi que la préoccupation de l'ONU et de l'Union européenne, mais le silence des Etats-Unis.

Lire aussi : «Les Arabes veulent tous nous détruire» : Netanyahou se défend après un message sur Facebook

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»