Ukraine : un suspect de l'enquête sur le crash du MH17 libéré à Kiev

Ukraine : un suspect de l'enquête sur le crash du MH17 libéré à Kiev© REUTERS/Maxim Zmeyev Source: Reuters
Un enquêteur sur le site du crash du MH17, le 22 juillet 2014 (image d'illustration).

Vladimir Tsemakh, suspect dans l'enquête sur le crash du MH17, a été libéré sous caution ce 5 septembre par la Cour d'appel de Kiev. Il avait été arrêté en juin dernier par les services de sécurité ukrainiens.

La Cour d'appel de Kiev a libéré sous caution Vladimir Tsemakh, ancien chef d’une unité anti-aérienne de la République populaire autoproclamée de Donetsk, selon la journaliste Alena Lunkova, présente dans la salle d’audience. Une information confirmée un peu plus tard par la fille de Vladimir Tsemakh à l’agence Interfax. Il est considéré par le Joint Investigation Team (JIT) comme un suspect important dans le crash du MH17. Selon le quotidien russe Kommersant, il pourrait faire partie de l'échange de prisonniers en discussion entre la Russie et l'Ukraine

Le suspect avait été arrêté par les services spéciaux ukrainiens sur le territoire non contrôlé par Kiev du Donbass le 27 juin dernier. Il avait alors été accusé d'avoir créé une organisation terroriste. Vladimir Tsemakh est l’ancien chef de l’unité de défense anti-aérienne de la brigade de Slaviansk de la ville de Snejnoïe. 

L'ancien Premier ministre de la République autoproclamée de Donetsk Alexandre Borodaï avait assuré que Vladimir Tsemakh ne pouvait pas être impliqué dans le crash du Boeing car il n’y avait à l’époque pas d’armes anti-aériennes à Snejnoïe. Il a en outre accusé Kiev d'avoir pris Vladimir Tsemakh en otage à des fins de propagande. Dans une interview à BBC Russia, la fille de Tsemakh a également affirmé que son père était devenu chef de la défense antiaérienne à Snejnoïe plusieurs mois après le crash de l'avion.

Brechtje van de Moosdijk, la porte-parole du JIT aux Pays-Bas, enquêtant sur le crash du MH17, a réagi à la libération sous caution du suspect auprès de l'AFP : «Nous aurions voulu qu'il soit disponible pour l'enquête.» Elle redoute que sa libération rende l'interrogatoire plus compliqué pour le JIT.

Le 4 septembre, 40 députés du Parlement européen avaient demandé au président ukrainien Volodymyr Zelensky de ne pas échanger le citoyen ukrainien Vladimir Tsemakh. Sur Twitter, l’eurodéputée néerlandaise Kati Piri affirme que Vladimir Tsemakh est considéré comme un témoin important dans le cadre de l'enquête sur le crash du MH17.

Plus tôt cette semaine, le tribunal avait décidé de prolonger l’incarcération de Vladimir Tsemakh jusqu’au 20 octobre.

Le JIT est l'équipe internationale chargée d'enquêter sur le crash du MH17, survenu le 17 juillet 2014, pilotée par les Pays-Bas et constituée d’experts néerlandais, belges, australiens, malaisiens et ukrainiens. Il affirme que le missile à l'origine du crash provenait de la 53e brigade anti-aérienne de l'armée russe. La Russie réfute quant à elle ces accusations et reproche aux enquêteurs de négliger les éléments qu'elle fournit. Le procès s'ouvrira le 9 mars 2020, aux Pays-Bas. 

Lire aussi : Crash du MH17 en Ukraine : cinq ans après, que retenir de l'enquête en cours ?

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»