Crash du MH17: la Russie dénonce des «accusations totalement infondées visant à la discréditer»

Crash du MH17: la Russie dénonce des «accusations totalement infondées visant à la discréditer» Source: Sputnik
Partie du fuselage de l’avion MH17.
Suivez RT France surTelegram

La Russie a dénoncé le 19 juin des accusations «totalement infondées» visant à la discréditer, après la désignation de suspects - trois Russes et un Ukrainien - par l'enquête internationale sur le crash du vol MH17 en 2014 dans l'est de l'Ukraine.

«Les déclarations faites par l'Equipe commune d'enquête [ECE] lors de la conférence de presse du 19 juin au sujet de l'implication présumée de militaires russes dans la catastrophe du MH17 [de Malaysia Airlines] ne peuvent susciter que des regrets», a déclaré le 19 juin le ministère russe des Affaires étrangères. «Une fois de plus, la Fédération de Russie fait l’objet d’accusations totalement infondées visant à la discréditer aux yeux de la communauté internationale», a-t-il ajouté, soulignant que, «comme lors des précédentes conférences de presse de l'Equipe commune d'enquête» sur le crash, «aucune preuve concrète» appuyant ces allégations n'avait été présentée. 

Le 19 juin, les enquêteurs sur le crash du vol MH17 de Malaysia Airlines au-dessus de l'Ukraine en 2014, ont révélé publiquement les noms et visages de quatre suspects (trois Russes et un Ukrainien), pourtant présumés innocents jusqu'à l'ouverture du procès, qui débutera le 9 mars 2020 aux Pays-Bas. Ils sont accusés d'avoir transporté le système ayant servi à envoyer le missile sur l'avion, mais ne sont pas, selon les enquêteurs, ceux qui «ont appuyé sur le bouton».

Dans ces conditions se posent des questions légitimes quant à la qualité du travail de l’Equipe commune d’enquête

«Il est clair que l'Equipe commune d'enquête continue à se limiter à des arguments inintelligibles, formulés notamment sur la base de sources d'information douteuses. Dans le même temps, les données fournies à l'enquête par la partie russe sont toujours totalement ignorées», a encore déploré la diplomatie russe. Elle a fait valoir que Moscou proposait depuis le début un travail commun sur le drame. Or, déclare-t-elle, «les enquêteurs internationaux ont écarté une participation à part entière de la Russie au travail de l’ECE, n’attribuant aux efforts de la Russie qu’un rôle secondaire». A l'inverse, selon la diplomatie russe, ces enquêteurs ont fait de l’Ukraine «un membre de plein droit de l’Equipe commune d’enquête», lui offrant la «possibilité de falsifier les preuves et de réduire à zéro sa responsabilité de ne pas avoir fermé son espace aérien». Et d'en conclure : «Dans ces conditions se posent des questions légitimes quant à la qualité du travail de l’Equipe commune d’enquête.»

La Fédération de Russie tient enfin à rappeler qu'elle continuera à apporter son assistance à l’enquête, afin que la vérité sur l’accident du vol MH17 soit établie et que «les vrais coupables soient punis à juste titre».

Le vol MH17 a été abattu le 17 juillet 2014 au-dessus de l'est de l'Ukraine, avant de s'écraser dans la partie du pays tenue par les rebelles. 283 passagers et 15 membres de l'équipage, pour la plupart néerlandais, ont perdu la vie dans le drame.

Lire aussi : Le numéro de série du missile qui a abattu le MH17 permet de mettre en cause l'Ukraine

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram

En cliquant sur "Tout Accepter" vous consentez au traitement par RT France de certaines données personnelles stockées sur votre terminal (telles que les adresses IP, les données de navigation, les données d'utilisation ou de géolocalisation ou bien encore les interactions avec les réseaux sociaux ainsi que les données nécessaires pour pouvoir utiliser les espaces commentaires de notre service).

En cliquant sur "Tout Refuser", seuls les cookies/traceurs techniques (strictement limités au fonctionnement du site ou à la mesure d’audiences) seront déposés et lus sur votre terminal. "Tout Refuser" ne vous permet pas d’activer l’option commentaires de nos services.

Pour activer l’option vous permettant de laisser des commentaires sur notre service, veuillez accepter le dépôt des cookies/traceurs « réseaux sociaux », soit en cliquant sur « Tout accepter », soit via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Vous pouvez modifier vos choix via la rubrique «Paramétrer vos choix».

OK

RT France utilise des cookies pour exploiter et améliorer ses services.

Vous pouvez exprimer vos choix en cliquant sur «Tout accepter», «Tout refuser» , et/ou les modifier à tout moment via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Pour en savoir plus sur vos droits et nos pratiques en matière de cookies, consultez notre «Politique de Confidentialité»

Tout AccepterTout refuserParamétrer vos choix