Martine Aubry prend les devants pour proposer d'accueillir des migrants de l'Open Arms à Lille

Martine Aubry prend les devants pour proposer d'accueillir des migrants de l'Open Arms à Lille© THOMAS SAMSON Source: AFP
Martine Aubry en juillet 2019.

L'ancienne ministre et maire socialiste de Lille Martine Aubry s'est portée volontaire au nom de sa ville pour accueillir certains des 40 réfugiés amenés en Europe par l'ONG Open Arms que la France a accepté de prendre en charge.

L'engagement de Martine Aubry en faveur des migrants s'est de nouveau vérifié à l'occasion du bras de fer qui oppose le ministre italien de l'Intérieur Matteo Salvini à l'ONG allemande Proactiva Open Arms. Alors que la France a annoncé qu'elle acceptait de prendre en charge 40 des passagers du navire Open Arms sur la centaine présente à bord du bateau, la maire de Lille a fait savoir en personne auprès de l'Office français de l’immigration et de l'intégration (OFII) que sa ville était disposée à en recevoir certains.

«Comme je l’ai fait pour le Sea-Watch, j’ai confirmé à nouveau au directeur de [l'OFII] que nous sommes prêts à Lille à accueillir des réfugiés du [Open Arms] que la France s’est engagée à recevoir», a-t-elle annoncé sur son compte Twitter. 

Déjà touchée par le «calvaire» des migrants du Sea-Watch en juin 

Le 29 juin dernier, l'édile de Lille qui achèvera en 2020 son troisième mandat à la tête de la ville était déjà montée au créneau pour recueillir «une partie des réfugiés du Sea-Watch», dans un contexte similaire. La première citoyenne n'avait d'ailleurs pas manqué de rappeler à cette occasion qu'elle avait été aussi volontaire pour accueillir des migrants dans l'affaire de «l’Aquarius et d'autres avant eux».

Depuis plusieurs semaines, des ONG tentent de contraindre l'exécutif italien et plus particulièrement son ministre de l'Intérieur Matteo Salvini, particulièrement réticent, à leur ouvrir les portes de ses ports, notamment sur l'île de Lampedusa, un point important de débarquement de migrants en Italie. 

En juin, bravant l'interdiction d'accoster, la capitaine du Sea-Watch 3 Carola Rackete avait débarqué de nuit 40 migrants de force dans le port de Lampedusa. La militante avait été arrêtée et libérée quelques jours plus tard, les charges les plus graves qui lui étaient imputées ayant été abandonnées par la justice italienne. 

Bloqué depuis plus de deux semaines en mer au large de Lampedusa, l'Open Arms avec une centaine de migrants à son bord a refusé de se rendre en Espagne, prête à les laisser accoster, jugeant «impensable» d'effectuer les six jours de voyage en mer pour y arriver. Inflexible, Matteo Salvini a jugé «inacceptables» les exigences de l'ONG. 

Lire aussi : Crise migratoire : Salvini autorise 27 mineurs «présumés» de l'Open Arms à débarquer en Italie

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»