S-400 russes pour la Turquie : «Nous continuerons», martèle Erdogan malgré les menaces américaines

S-400 russes pour la Turquie : «Nous continuerons», martèle Erdogan malgré les menaces américaines© Alexey Malgavko Source: Sputnik
Le système antimissiles russe S-400 (image d’illustration).

Le président turc a réaffirmé la volonté de son pays de poursuivre ses acquisitions de matériel russe sophistiqué. Les Etats-Unis s'inquiètent du rapprochement entre la Russie et la Turquie, allié important de Washington au sein de l'OTAN.

Trois ans après la tentative ratée de coup d'Etat à Ankara, la Turquie semble s'éloigner toujours plus de l'OTAN, dont elle pourtant l'un des piliers historiques.

Sur le dossier de l'acquisition par la Turquie du système antimissile de conception russe S-400, le président Recep Tayyip Erdogan est resté particulièrement ferme malgré les fortes pressions américaines. «Les S-400 sont le système de défense le plus solide contre ceux qui veulent attaquer notre pays», a-t-il martelé, lors d'un discours. «Et grâce à Dieu, nous le faisons dans le cadre d'un investissement conjoint, et nous continuerons à faire ainsi», a-t-il poursuivi, cité par Reuters.

Ce 16 juillet, le ministre turc des Affaires étrangères Mevlut Cavusoglu s'était bien efforcé de tempérer les propos de son président. «Les systèmes S-400 ne constituent pas de menace pour l'OTAN. Il n'y a pas lieu de créer des tensions cette question, qui a été tranchée», a-t-il argumenté.

Et pourtant, les Etats-Unis n'ont toujours pas accepté la préférence d'Ankara pour le système russe, aux dépens des batteries de Patriot. En juin dernier, les Etats-Unis avaient lancé un ultimatum de huit semaines au pouvoir turc, courant jusqu'au 31 juillet, l'enjoignant à annuler cet achat. Washington menace également de revenir sur une commande de F-35, l'avion furtif américain. 

Si d'ici là Ankara ne renonçait pas au système S-400, les pilotes turcs qui s'entraînent actuellement aux Etats-Unis sur le F-35 seraient expulsés. Et les contrats de sous-traitance attribués à des entreprises turques pour la fabrication du F-35 seront annulés, selon la secrétaire adjointe à la Défense chargée des acquisitions, Ellen Lord.

«Ce sont des alliés au sein de l'Otan, ce sont des alliés de longue date et très capables, mais leur décision sur les S-400 est mauvaise et décevante», a déclaré ce 16 juillet le nouveau chef du Pentagone Mark Esper devant les élus du Sénat américain, qui examinaient sa nomination comme nouveau membre du gouvernement. «Il est très démoralisant de voir à quel point ils sont partis à la dérive ces dernières années», a-t-il ajouté.

La Turquie n'est pas le seul pays à avoir été mis en demeure par les Etats-Unis de ne pas acquérir des armements russes. L'Inde et la Chine ont ainsi fait face à de fortes pressions et, en ce qui concerne Pékin, à des sanctions américaines

Lire aussi : Crise américano-turque : les S-400 en révélateurs

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»