Par Philippe Migault Tous les articles de cet auteur
Philippe Migault est directeur du Centre européen d'analyses stratégiques, analyste, enseignant, spécialiste des questions stratégiques.

S-400 : Russes et Indiens confortent logiquement leur partenariat malgré les menaces américaines

S-400 : Russes et Indiens confortent logiquement leur partenariat malgré les menaces américaines© Vasily Fedosenko Source: Reuters
Des systèmes de défense anti-aérienne S-400 (image d'illustration).

A l'aune de la vente à l'Inde de systèmes de défense anti-aérienne russes S-400, Philippe Migault, directeur du Centre européen d'analyses stratégiques, revient sur l'importance stratégique que revêt Moscou pour Delhi.

L’achat du système russe de défense antiaérienne élargie S-400 par l’Inde, en dépit des menaces de sanctions américaines, a résonné comme une sonnerie de clairon parmi les tenants de l’eurasisme et de tous ceux qui, pour des motifs divers, considèrent que les intérêts américains sont contraires aux leurs. Pourtant cette vente n’a rien d’extraordinaire. A l’aune des enjeux géopolitiques, de l’histoire des relations russo-indiennes, des tentatives américaines d’éloigner New Delhi et Moscou, elle était même prévisible.

L’Inde, sous la houlette de Jawaharlal Nehru, a choisi au lendemain de son indépendance de préserver jalousement sa liberté d’action, en ne rejoignant aucun des deux blocs qui se sont opposés lors de la première Guerre froide. Leader du camp des «non-alignés», elle a maintenu cette ligne jusqu’à la fin de l’URSS et l’écroulement du communisme. Ce ne sont pourtant pas les tentatives de séduction qui ont manqué pour l’attirer vers l’un ou l’autre camp. Ennemie de la Chine, à laquelle elle s’est opposée militairement en 1962 pour le contrôle des confins himalayens, densément peuplée, disposant d’une armée formée à l’école de la rigueur britannique, elle était un allié de revers idéal contre Pékin. Aussi bien pour les Etats-Unis que pour l’Union Soviétique après la rupture sino-russe de 1960.  Située à proximité du Golfe Persique et des routes du pétrole, des zones de friction afghane et iranienne, farouche adversaire de l’islam radical, l’Inde, que l’on soit Russe ou Américain, est un Etat qu’il fait bon avoir avec soi.

En conséquence, le Kremlin et la Maison Blanche ont tout fait pour se l’associer. Et la problématique des contrats d’armement et des sanctions est aussi vieille que cette relation à trois. Dès 1955, alors que Nehru était en visite à Moscou, Nikita Khrouchtchev proposa de lui fournir des bombardiers Iliouchine Il-28. Un atout majeur vis-à-vis de l’ennemi pakistanais. Londres et Washington, qui assuraient jusqu’ici l’armement des forces armées indiennes, parvinrent à dissuader le Premier ministre indien, mais c’était reculer pour mieux sauter. Dès 1960 Nehru achetait des avions et des hélicoptères de transport Mil, Ilouchine et Antonov à l’URSS. En 1962, l’Inde fit un pas supplémentaire en concluant un accord avec l’Union soviétique pour la vente d’avions de combat Mig-21. Le mouvement était lancé.

Depuis 1960, près de 60 ans donc, l’Inde a pour fournisseur privilégié l’industrie de défense russe. Son armée de terre aligne près de 4 000 chars T-90 et T-72, des milliers de véhicules blindés de transport de troupes de conception soviétique.

Son aviation de combat repose essentiellement sur des avions Sukhoï, Mig, ses capacités de transport aérien, de ravitaillement en vol, d’alerte aérienne avancée, sur des appareils Antonov, Iliouchine, Kamov, Mil. L’épine dorsale de sa marine repose sur un porte-aéronefs cédé par la Russie, équipé d’aéronefs russes, sur des sous-marins et des escorteurs russes. L’industrie spatiale indienne, enfin, a mis au point ses lanceurs spatiaux, met en orbite ses satellites, avec l’aide des Russes.

Certes Français, Allemands, Israéliens, Britanniques et, plus récemment, Américains, ont, de ci, de là, emporté eux aussi des marchés mais le partenaire de référence demeure la Russie. Et donc son agence d'exportation d'armements Rosoboronexport. 

Il était donc parfaitement logique que l’Inde, une fois encore, se tourne vers Moscou pour acquérir les capacités de défense antiaérienne et antimissiles balistiques (ABM) dont elle a besoin dans un contexte de course à l’armement balistique entre la Chine, le Pakistan et elle. Logique qu’elle ne tienne aucun compte des menaces de sanction américaines.

D’une part parce qu’elle sait que les Américains ont besoin de ne pas se l’aliéner afin de disposer, encore et toujours, d’un éventuel allié de revers contre la Chine. D’autre part parce qu’elle n’a pas besoin, elle, des Etats-Unis pour faire contrepoids aux Chinois. La Russie est là pour ça.

Que les Américains l’admettent ou non, ils ne pèsent rien sur la scène asiatique lorsqu’il s’agit du jeu à trois entre Russes, Chinois et Indiens

La Russie qui a toujours fourni le meilleur de sa technologie militaire à l’Inde avant de le faire à la Chine. Sauf, pour une fois, sur le système S-400, précisément. La Russie qui est la mieux placée pour assurer la stabilité de l’Asie centrale et y contenir avec l’Inde et la Chine la montée de l’islam radical, dont les risques de propagation inquiètent autant Moscou que Pékin et New Delhi. La Russie qui, elle aussi, continue de commercer avec l’Iran en dépit des sanctions américaines. 

Que les Américains l’admettent ou non, ils ne pèsent rien sur la scène asiatique lorsqu’il s’agit du jeu à trois entre Russes, Chinois et Indiens. Ils ne sont qu’un joker éventuel dans le jeu de vieilles puissances pratiquant une autre diplomatie que la leur, sur un autre tempo chronologique, dans un autre champ moral et spirituel que celui des Etats-Unis. A la jonction de l’Altaï, du Pamir et de l’Himalaya, les rodomontades des rednecks ne pèsent rien.

Lire aussi : La Russie livre à la Syrie des systèmes de défense anti-aérienne S-300 (VIDEO)

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans cette section sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter