Venezuela : Caracas annonce une enquête après la mort en détention d’un soldat

Venezuela : Caracas annonce une enquête après la mort en détention d’un soldat© REUTERS/Nacho Doce
Drapeau du Venezuela (image d'illustration).

A la demande de Nicolas Maduro, une enquête a été diligentée pour faire la lumière sur la mort en détention d’un militaire accusé d'implication dans une tentative de coup d’Etat. De son côté, Washington accuse Caracas de l'avoir assassiné.

Le Venezuela a confirmé le 30 juin la mort en détention de Rafael Acosta Arévalo, militaire accusé d’avoir participé, dans la nuit du 23 au 24 juin, à une tentative de coup d’Etat contre le président Nicolas Maduro. Au cours d’une conférence de presse, le procureur général du Venezuela, Tarek William Saab, a assuré qu’une enquête «objective, indépendante et impartiale» avait été diligentée pour faire la lumière sur cette «mort malheureuse».

Le même jour, le ministre de la Communication Jorge Rodriguez a annoncé que le chef de l’Etat vénézuélien avait appelé à la tenue d’une «enquête complète et exhaustive». La veille, dans un communiqué, les forces armées nationales vénézuéliennes avaient déploré la mort de Rafael Acosta Arévalo, précisant que le militaire s'était évanoui avant la tenue d'une audience et avait finalement perdu la vie quelques heures après son arrivée à l’hôpital.

Washington, Juan Guaido et le Groupe de Lima accusent Caracas d’«assassinat»

Dans le même temps, les Etats-Unis, le Groupe de Lima ainsi que l’opposition vénézuélienne n'ont pas attendu l'enquête pour accuser les autorités vénézuéliennes d’être à l’origine de la mort du militaire. Dans un communiqué, le département d’Etat américain «condamne l'assassinat et la torture» de Rafael Acosta Arévalo, «mort alors qu'il était détenu par les voyous de [Nicolas] Maduro et leurs conseillers cubains». De son côté, John Bolton, conseiller à la sécurité nationale de la Maison Blanche, a accusé sur Twitter la Direction du contre-espionnage militaire du Venezuela (DGCIM) d'être «responsable» du décès.

Sans surprise, l’opposant vénézuélien Juan Guaido et le groupe de Lima – une organisation composée du Canada et une dizaine de pays latino-américains qui ne reconnaissent pas la légitimité du président Nicolas Maduro – ont de même pointé du doigt la responsabilité des autorités vénézuéliennes tout en évoquant aussi un «assassinat».  

Rafael Acosta Arévalo faisait partie d'un groupe de 13 personnes arrêtées pour leur implication dans un projet de coup d'Etat contre le président chaviste. Dans une séquence d'une heure trente diffusée sur la télévision publique le 26 juin, Jorge Rodriguez, ministre vénézuélien de la Communication, avait révélé des conversations présumées entre opposants interceptées par des agents du gouvernement infiltrés, qui évoquaient notamment l'élimination du dirigeant vénézuélien. 

Lire aussi : Maduro offre un «cuatro» à Roger Waters pour ses positions contre les sanctions américaines (VIDEOS)

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»