Valls serait en tractations pour devenir... ministre espagnol des Affaires étrangères

Valls serait en tractations pour devenir... ministre espagnol des Affaires étrangères© Lluis Gene Source: AFP
Manuel Valls lors d'une conférence de presse, le 19 juillet 2019 à Barcelone, en Espagne (image d'illustration).

L'ancien Premier ministre français, défait lors des élections municipales à Barcelone, aurait entamé des négociations avec le PSOE afin de remplacer Josep Borrell aux Affaires étrangères.

Il est tout à fait possible de perdre les élections et de se retrouver au centre des tractations politiques. L’ancien Premier ministre français, Manuel Valls, arrivé en quatrième position lors des élections municipales à Barcelone à la fin du mois de mai, défait lors des primaires du Parti socialiste, début 2017, par Benoît Hamon, pourrait bien devenir le nouveau ministre espagnol des Affaires étrangères .

C’est ce que révèle le site spécialisé Moncloa. Selon celui-ci, l’ancien député de l’Essonne aurait entamé des négociations avec le PSOE afin de rejoindre le gouvernement, si toutefois Pedro Sanchez obtenait l’investiture après des élections législatives qui ont redistribué les cartes dans le pays. L’ancien ministre français de l’Intérieur serait en passe de remplacer Josep Borrell, actuel ministre des Affaires étrangères, depuis élu député européen.

De trahison en trahison

Dans la soirée du 19 juin, Manuel Valls aurait diné avec des membres du PSOE dans un restaurant bien connu de la capitale espagnole, Las Tortillas de Gabino, afin de «briser la glace avec les socialistes», précise Moncloa. Le site indique par ailleurs que le PSOE «a fait le premier pas pour intégrer dans ses rangs» l’ancien locataire de la mairie d’Evry (Essonne). Les mauvais résultats électoraux du franco-espagnol ne semblent donc pas arrêter son ascension politique dans la péninsule ibérique. Moncloa rappelle que celui qui a occupé la place Beauvau entre 2012 et 2014 devrait poursuivre son parcours en Espagne, en témoigne sa relation avec l’héritière des laboratoires pharmaceutiques Almirall, Susana Gallardo, originaire d’une des familles les plus riches du pays.

Soutenu dans un premier temps par Ciudadanos, formation de centre-droit, Manuel Valls avait par la suite aidé la maire sortante, Ada Colau, à être reconduite à la tête de la deuxième ville du pays. Cette trahison avait provoqué la colère de son ancien parti, qui avait fait le choix de l’exclure immédiatement. De son côté, l’ancien conseiller régional d’Ile-de-France avait justifié ce choix par une volonté de faire barrage aux indépendantistes catalans, mais avait aussi critiqué les alliances de circonstances entre la formation dirigée par Alberto Rivera et les nationalistes de Vox dans le but de remporter des collectivités locales, comme en Andalousie lors des élections régionales de 2018. «Ciudadanos était un parti libéral. Maintenant, il pactise avec une formation réactionnaire et anti-européenne», a affirmé l'ancien locataire de Matignon le 21 juin.

Européen et anti-indépendantiste convaincu, Manuel Valls serait donc un candidat idéal pour le pouvoir central espagnol. Seul bémol : son nom pourrait éclipser celui de Pedro Sanchez, surtout au niveau européen. Une situation que le PSOE préférerait éviter...

Lire aussi : Manuel Valls aurait touché un salaire de 20 000€ par mois... en tant que candidat à Barcelone

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»